Thierry Henry affirme que la ville de Saint-Denis est pourrie, le maire gauchiste pète un câble

Thierry Henry / Photo: DR
Thierry Henry / Photo: DR

Alors qu’il intervenait sur une plateforme américaine, l’ancien international français Thierry Henry a lâché quelques mots de vérité sur la banlieue parisienne de Saint-Denis et sa population immigrée. Le maire gauchiste de la ville voit rouge, fier de sa ville cosmopolite.

Le petit lapsus qui a échappé à Thierry Henry sur une plateforme de streaming américaine cette semaine ne plaît pas du tout à la mairie socialiste. Intervenant dans une émission de Paramount Plus, le meilleur buteur de l’histoire des Bleus était appelé à commenter la finale de la Ligue des Champions, qui aura lieu au Stade de France.

Une intervenante a fait l’erreur d’affirmer que la finale aurait donc lieu à Paris. “Techniquement, faites attention, le stade est situé à Saint-Denis. Saint-Denis, ce n’est pas Paris“, l’a-t-il alors reprise. Avant d’ajouter: “Croyez-moi, vous ne voulez pas être à Saint-Denis, ce n’est pas la même chose que Paris…

Pour une fois, l’ancien coéquipier de Zinedine Zidane a raison: sous la coupe de la gauche immigrationniste, la ville qui héberge la fameuse basilique, nécropole des rois de France, est devenu au fil des années une zone de non-droit, provoquant la fuite de la population blanche et créant un climat d’insécurité dans la zone. Rien qu’en 2020, 14 441 crimes et délits recensés à Saint-Denis et ses environs.

Ces quelques mots de vérité ont de quoi provoquer la colère des édiles, et notamment du maire de la ville, Mathieu Hanotin, qui lui a répondu vendredi dans un long post partagé sur Facebook.

Le mépris avec lequel vous avez caractérisé notre ville n’est pas acceptable. Nous ne sommes pas Paris, mais nous ne sommes pas infréquentables pour autant“, écrit l’élu socialiste.

Il commence cependant par… donner raison à Thierry Henry. “Vous avez raison, Saint-Denis n’est pas Paris. Saint-Denis est une ville dans laquelle le taux de pauvreté (un quart de la population) est très important. Le pourcentage de logements indignes est malheureusement l’un des plus grands de France. L’insécurité dans l’espace public est un fléau que nous n’avons pas réussi à endiguer.” Une belle description d’un ghetto en état de faillite sociale…

D’autant plus que le maire présente l’idée d’un creuset cosmopolite comme un idéal. “C’est une ville dans laquelle cohabitent 150 nationalités différentes qui font vivre la richesse de leurs multiples cultures.” Mais, oui. On le constate tous les jours dans la rubrique “faits divers”.

Mais le maire vante le “potentiel gigantesque” de la ville en assurant de mener “un travail acharné contre l’insécurité“. En guise de conclusion, Mathieu Hanotin a invité l’ex-joueur d’Arsenal à venir visiter Saint-Denis et “interpeller les pouvoirs publics sur les besoins de moyens financiers et humains pour les banlieues. Peut-être votre voix aura-t-elle cette fois une utilité“. Toujours rien dans les faits, tout dans les paroles et surtout encore plus d’argent du contribuable… La gauche est si prévisible.

Sur les réseaux sociaux, de nombreux internautes sont réalistes et savent que ce l’ancien international des Bleus qui a raison. “M. le maire, je vous invite à vous balader à pied les soirs de match, j’ai été victime d’un vol avec vandalisme de mon véhicule“, raconte l’un d’entre eux.

Source: Le Parisien/ Facebook

LAISSEZ UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici