Un meurtre brutal de deux policiers en Allemagne lors d’un banal contrôle routier

Image d'illustration/DR
Image d'illustration/DR

Deux policiers ont été tués par balle lundi 31 janvier dans le sud-ouest de l’Allemagne, pendant un contrôle routier. Une vaste opération de recherche a mené à l’arrestation de deux hommes âgés de 38 et 32 ans lors de deux interventions distinctes.

Le plus âgé était visé depuis le milieu d’après-midi par un avis de recherche de la police et du parquet.

Identifié comme Andreas Johannes Schmitt, cheveux bruns et barbe fine, il réside en Sarre, région voisine des lieux du meurtre, selon les autorités. Il a été interpellé à environ 8 kilomètres de son domicile.

L’autre suspect a été arrêté sans opposer de résistance, selon les services d’enquête, qui ont précisé que les deux hommes étaient amis et étaient tous les deux suspectés d’avoir commis le double meurtre.

Les deux agents, un homme de 29 ans et une femme de 24 ans, ont été abattus vers 4h20 du matin sur une route de campagne près de Kusel, une commune située non loin de Kaiserslautern, dans l’État régional de Rhénanie-Palatinat. L’agente âgée de 24 ans était en cours de formation.

La police a dit ignorer les motivations du ou des tueurs et les circonstances des meurtres, perpétrés dans une zone rurale de forêts et de prairies, restent à éclaircir.

Selon le site internet du quotidien Bild, les policiers ont été tués de balles dans la tête par des braconniers. Ils ont envoyé un message radio peu avant d’être abattus indiquant qu’ils avaient arrêté un véhicule suspect transportant du gibier mort dans le coffre. “Les collègues ont signalé que des coups de feu avaient été tirés”, a expliqué sur la chaîne Welt.TV un porte-parole de la police du Palatinat occidental, Bernhard Christian Erfort. “Puis nous avons perdu le contact radio. Les forces d’intervention se sont alors rendues sur les lieux et ont trouvé les collègues, l’un blessé l’autre morte”, a-t-il ajouté sans confirmer les informations sur d’éventuels braconniers.

La jeune policière n’a même pas eu le temps de dégainer son arme, a poursuivi Bild citant des sources proches de l’enquête. L’autre policier a tiré des coups de feu avant d’être blessé et de succomber à ses blessures peu après.

Ce crime a suscité la stupeur les hommes politiques ont évoqué une “exécution” et un “acte épouvantable”, insistant sur “la grande brutalité” avec laquelle les deux victimes ont été abattues.

LAISSEZ UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici