Même si on les paye, ils ne partent pas. Seulement 5000 “départs volontaires” d’immigrés clandestins en 2021

Image d'illustration Photo: Fotolia
Image d'illustration Photo: Fotolia

Seulement 5000 immigrés clandestins ont opté pour un “départ volontaire” depuis la France en 2021. Ce système consiste à payer les étrangers en situation irrégulière pour qu’ils s’en aillent plutôt que de les expulser.

La question de l’immigration a été abordée mercredi 12 janvier par le patron de l’Office français de l’immigration et de l’intégration (Ofii) à l’Assemblée nationale.

Ca va être un des enjeux du prochain mandat de recommencer à avoir une action très volontariste pour les départs volontaires, dont une partie bénéficie ensuite d’une aide à la réinsertion” dans le pays d’origine, a indiqué Didier Leschi.

Concrètement, en 2021, à peine quelque 5000 étrangers en situation irrégulière ont bénéficié d’un “retour volontaire” vers leur pays d’origine, moyennant une contre-partie financière.

Pourquoi ces mauvais résultats? Didier Leschi se défausse sur la Covid. “Pour les départs volontaires, nous étions montés à 8000 en 2019, mais l’arrêt des transports aériens, les difficultés sanitaires, nous ont ramené aux alentours de 5000 départs en 2021“, contre environ 4500 en 2020, a-t-il expliqué.

Le patron de l’Ofii était auditionné par la commission des lois de l’Assemblée nationale avant un vote parlementaire en vue de sa nomination pour un nouveau mandat à la tête de l’Ofii, qui gère notamment ces “retours volontaires”. Cette procédure consiste, pour l’État, à proposer un vol et une somme d’argent (au moins 1850 euros, mais la somme peut être beaucoup plus importante) pour inciter un étranger séjournant en France de manière illégale qui veut quitter le pays à rentrer chez lui.

Ça me semble important de faire en sorte que les personnes, dès lors qu’elles n’ont plus de titre de séjour, retournent dans les meilleures conditions dans leur pays d’origine et de les stabiliser en leur permettant de développer une activité économique“, a ajouté le directeur général de l’Ofii.

Quant aux expulsions d’étrangers en situation irrégulière, elle avaient chuté en 2020 de moitié (51,8%), avec 9111 “éloignements forcés”, contre 18 906 l’année précédente.

1 COMMENTAIRE

  1. Parce qu’en plus, l’Etat français, donc nous, paye des “clandestins” pour qu’ils rentrent chez eux, 1è nouvelle.. C’est un véritable scandale, mais qu’ils les prennent et les jettent dans leurs pays pourris.. et surtout REFERMER LES FRONTIERES, car un jour ça finira mal.

LAISSEZ UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici