À Cannes, une mosquée radicale fermée par le ministère de l’Intérieur

Accusée d’avoir propagé des “propos antisémites”, une mosquée de Cannes est visée par une procédure de fermeture, alors que la municipalité avait “alerté depuis longtemps” sur des propos du recteur “remettant en cause l’État et la France”.

“Nous fermons l’une des mosquées de Cannes parce que nous lui reprochons des propos antisémites, des soutiens au Collectif contre l’islamophobie en France et BarakaCity”, dissous fin 2020, a déclaré le ministre de l’Intérieur sur Cnews, après s’être entretenu avec le maire LR de Cannes, David Lisnard.

Le CCIF et BarakaCity, deux associations islamistes, ont été dissoutes dans le sillage de l’assassinat de Samuel Paty en octobre 2020.

“Une procédure contradictoire” a été lancée “afin d’envisager la fermeture administrative de la mosquée pour une durée de deux mois”, a précisé la préfecture des Alpes-Maritimes dans un communiqué.

L’établissement visé est la mosquée Al-Madina Al-Mounawara, dans le centre-ville de Cannes. Ouvert depuis 25 ans sur un terrain privé, ce lieu de culte musulman accueille “beaucoup de monde et dans le quartier on s’en plaint en raison des difficultés que cela crée”, selon la mairie.

“Cela fait longtemps que la municipalité a alerté les autorités pour des prises de position de l’ancien recteur qui remettait en cause l’État et la France”, a ajouté cette source.

Cette procédure a été ouverte en raison de “propos haineux envers la France” et de propos “incitant à la haine envers les homosexuels ou les transsexuels”, a détaillé la préfecture, parlant aussi d'”une haine antisémite explicite”.

La mosquée “promeut la charia, soutient l’islam radical et favorise de ce fait le repli séparatiste”, selon la préfecture, qui relève également “les comportements ambigus entretenus avec des individus appartenant à la mouvance islamiste radicale et acquis aux thèses pro-djihadistes”.

Les propos ayant conduit à cette procédure ont été publiés sur Facebook par l’ancien recteur de la mosquée: “Il mélangeait culte, réflexion personnelle, politique, mais il n’officie plus dans cette mosquée depuis six mois, les membres de l’association l’ont poussé à la porte”.

“Nous savons que l’immense majorité des musulmans qui fréquentent cette mosquée très ancienne ne partagent pas sa dérive, certains nous avaient d’ailleurs alertés”, a indiqué pour sa part la mairie de Cannes dans un communiqué, soulignant que la ville compte plusieurs autres mosquées, dont aucune ne pose de problème particulier.

Selon Gérald Darmanin, mercredi, sur les “plus de 2500 lieux de culte musulmans” en France, 70 seraient “radicalisés”.

Sur ce total, “21 lieux de culte sont actuellement fermés, du fait de prescriptions administratives, d’une décision judiciaire, d’une reprise de bail, de travaux ou d’une fermeture administrative”, selon des chiffres datant de fin décembre. Et cinq faisaient “l’objet d’une instruction” en vue d’une possible fermeture, dont celle de Cannes.

Fin décembre, la justice a confirmé la fermeture de la mosquée de Beauvais, pour des prêches d’un imam faisant notamment l’apologie du djihad armé.

Fin octobre, c’est la mosquée d’Allonnes, près du Mans, soupçonnée de légitimer le djihad armé ou le terrorisme lors des prêches, qui avait été fermée pour six mois sur décision préfectorale.

Source: AFP

Mosquées fermées. À l’approche de la présidentielle, Darmanin sévit contre l’islam radical

2 Commentaires

  1. Dans mes voyages, je n’ai jamais vu d’église dans les pays musulmans… Sauf une, l’église Sainte Sophie à Istamboul, que le tyran Erdogan il y a peu de temps, a rebaptisé en Mosquée… Et la France doit supporter que notre sol soit occupé par des mosquées, des poudrières à djiadistes sanguinaires ? qu’on les ferme et qu’on les rase toutes sans exception et qu’on éjecte de notre pays les ordures qui les dirigent.

  2. Monsieur le Ministre de l’Interieur de la République Française, votre décision est juste et donc légale. Toute personne sensée approuve cet acte administratif qui, normalement doit etre plus sevère. l’ établissement quelle que soit sa natures qui prone la violence ne doit pas etre autorisé à pratiquer ses activités. toute personne qui appelle à la violence et meme au désordre public doit etre mis en quarantaine pour longtemps. les plateaux de TV et les réseaux sociaux sont aussi concernés. on en trouve des malades qui se déclarent ouvertement etre des assassins.

LAISSEZ UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici