Dans le centre-ville de Hyères, un loup attaque un troupeau à cent mètres d’une école

Image d'illustration/DR
Image d'illustration/DR

Vendredi 7 janvier, un agneau a été retrouvé mort sur le terrain d’un berger hyérois. Il s’agirait bien de l’attaque du prédateur, qui inquiète par sa proximité avec la ville, détaille Var-Matin.

Selon le quotidien régional Var-Matin, Thomas Charrier, un berger de Hyères, a été prévenu par des joggeurs qu’un animal était blessé sur son terrain. En se rendant sur place, il a retrouvé un agneau déchiqueté.

Les blessures sont significatives. Il ne peut s’agir que d’un loup. Il a saisi l’animal au cou. Il y a des morsures franches et il a mangé le cœur“. Une hypothèse pas encore confirmée, mais bien prise en comptes par un agent de l’Office français de la biodiversité venu constater les dégâts le lendemain. Pour couronner le tout, la scène s’est déroulée à cent mètres d’un collège et à proximité d’une habitation.

Ce qui inquiète le plus Thomas Charrier, qui n’en est pas à sa première attaque, c’est la façon dont le prédateur est de plus en plus proche de la ville. “Le loup n’a plus peur et il se rapproche. Cela devient catastrophique“, déplore-t-il à Var-Matin. “Malgré un muret, un grillage, les filets électrifiés et la présence d’un chien, il parvient à s’introduire au milieu d’un troupeau. Et on est aux portes de la ville“.

Récemment, les attaques de loups se sont multipliées dans le coin. Le 28 octobre et le 13 novembre 2021, ce sont six brebis qui ont trouvé la mort, dont une fois en plein jour. Fin décembre 2017, plus de cent bêtes ont été tués par des loups.

Selon Var-Matin, ce sont en tout une vingtaine de meutes qui rôderaient dans la région.

Source: Var-Matin

7 Commentaires

  1. Nous avions éradiqué le loup de nos campagnes et ce pour des raisons de protection de nos vies et mode de vie. Il a suffit que quelques imbéciles sous des prétextes fallacieux et idéologiques pour détruire ce qui nous avait pris plusieurs générations à faire. Il en est de même pour l’ours. Ces animaux en liberté dans nos zones de vie représentent un danger qui doit être supprimé. C’est la responsabilité de nos gouvernants. Ah mais c’est vrai, ils sont responsables mais pas coupable même pour des dizaines de milliers de morts. Comme ils ont déresponsabilisé les laboratoires de leurs responsabilités dans les produits expérimentaux injectés en masse.

  2. @ma pomme 09/01/2022 At 12:14
    Le loup comme l’ours sont chez eux , comme nous le somme.
    La terre ne nous appartient pas , elle appartient a la nature toutes espèces végétal et animales confondu.
    Nous devons vivres avec , un point c’est tout.

    • Ils ne le sont pas car ce ne sont que des individus que nous avons déplacé de manière volontaire. Attendez-vous le premier gamin égorgé pour le comprendre ? Sachez profiter de l’expérience de milliers d’années de vie de l’homme dans certains espaces, les anciens avaient le temps pour eux et agir et nous détruisons ce qu’ils avaient mis des générations à organiser.

      • Les hommes semblent oublier que les loups étaient là avant eux et que ce sont les hommes qui ont envahi leurs territoires, pas l’inverse.

        • Les dinosaures aussi étaient là avant nous mais est-ce une raison ? Voulez-vous revenir en arrière et si oui jusqu’à quand ? L’époque de Lucie !
          L’homme, animal doué d’intelligence … parfois, a pris possession de la planète. Si nous voulons y rester, il faut respecter mais aussi contrôler la nature sur les zone que nous avons en commun avec elle. Même l’homme de cro magnon avait réussi à tourner les éléments en sa faveur par la maîtrise d’outils de chasse (pas seulement ses dents et ses ongles), du feu (en brûlant du bois pris dans la nature), etc.

LAISSEZ UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici