Le jour de l’An tombe le 1er janvier. Merci qui? Merci, Charlie

Charles IX/DR
Charles IX/DR

La nuit du 31 décembre au 1er janvier, toute la France réveillonne pour fêter la fin de l’ancienne année et l’avènement de la nouvelle. Mais le jour de l’An n’a pas toujours été le premier jour du mois de janvier. C’est à un roi français que nous devons cette date.

Auparavant le jour de l’An a beaucoup changé au fil des siècles. En 46 av. J.C., Jules César décide que le jour de l’An, auparavant célébré en mars, serait fixé au 1er janvier. Les Romains dédient ce jour à Janus, qui se trouve être le Dieu des portes et des commencements.

Au Moyen Âge chrétien, aux VIe et VIIe siècles, dans de nombreuses provinces, le jour de l’an est célébré le 1er mars (style vénitien). Un peu plus tard, sous Charlemagne, l’année commence à Noël (style de la Nativité de Jésus).

Du temps des rois capétiens, l’année débute le jour de Pâques (style de Pâques). En conséquence, les années sont de longueur très variable puisque Pâques est une fête mobile calée sur le calendrier lunaire.

Cet usage est quasi-général aux XIIe et XIIIe siècles et même jusqu’au XVe dans certaines provinces. Les historiens de France doivent donc jongler avec les dates en fonction des lieux pour raconter l’histoire puisque le début de l’année varie selon les provinces: à Vienne, par exemple, c’est le 25 mars (style florentin ou style de l’Annonciation).

Dans le reste de l’Europe, le retour au style de Jules César et le 1er janvier est dû à l’empereur et au pape. L’empereur germanique et roi d’Espagne Charles Quint, qui régnait également sur les actuels Pays-Bas, Belgique, Luxembourg, Lombardie, l’Italie du Sud et l’Amérique hispanophone, avait déjà fixé le début de l’année au 1er janvier pour ses terres quelques décennies plus tôt.

Le pape Grégoire XIII lui a emboîté le pas, en instituant le calendrier grégorien en 1582 qui généralise cette mesure à l’ensemble du monde chrétien, notamment pour simplifier le calendrier des fêtes religieuses.

En France, c’est l’édit de Roussillon de Charles IX qui harmonisa la date. Lors de son grand tour de France organisé par sa mère, Catherine de Médicis, le jeune roi de France Charles IX constata que, selon les diocèses, l’année débutait soit à Noël (en Savoie par exemple), soit le 25 mars (à Vienne par exemple), soit le 1er mars ou encore à Pâques, ce qui provoquait des confusions.

Afin d’uniformiser l’année dans tout le royaume, il confirma l’article 39 de l’édit de Saint-Germain donné à Paris au début de janvier 1563 (édit qui prescrivait déjà de dater les actes publics en faisant commencer les années au 1er janvier), acte législatif qu’il promulgua à Roussillon le 9 août 1564. La mesure ne fut appliquée que le 1er janvier 1567.

De 1792 à 1806, en France, l’éphémère calendrier républicain abolit le 1er janvier et fait débuter l’année le 1er vendémiaire.

Source: AFP

1 COMMENTAIRE

  1. Nos Roys ont fait la grandeur de la France, les raies publiques n’ont fait que la rabaisser. Mais cette histoire de France n’est surtout pas présentée à nos chers têtes blondes par ce régime qui décrète l’ “éducation” (et non l’instruction) nationale.

LAISSEZ UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici