Aix-en-Provence: une jeune fille de 18 ans violée en pleine rue par deux clandestins du Maghreb

Image d'illustration / Photo: Adobestock
Image d'illustration / Photo: Adobestock

Dans la nuit de mardi à mercredi dernier, une jeune fille de 18 ans a été sauvagement violée par deux immigrés clandestins, un Algérien et un mineur tunisien, alors qu’elle circulait dans le quartier de la gare d’Aix-en-Provence. Déjà connus de la police, les deux auteurs ont été interpellés quelques jours plus tard.

Dans la nuit du mardi 7 au mercredi 8 décembre, vers 3h30, une jeune fille de 18 ans rentrait chez elle à pied dans les rues du quartier de la gare d’Aix-en-Provence.

Soudain, la jeune majeure a été saisie par derrière par deux individus qui, après l’avoir ceinturée, l’ont entraînée dans un coin isolé. Là, les deux hommes ont sauvagement violé leur victime, à l’abri des regards.

Mais les cris de souffrance de la jeune fille ont attiré l’attention de quatre passants qui se sont précipités et ont mis en fuite ses agresseurs. La victime, très choquée, a été secourue et emmenée à l’hôpital. Elle a ensuite déposé plainte.

Une enquête de la police judiciaire a alors été ouverte et rapidement deux suspects ont été identifiés grâce aux images de vidéosurveillance du quartier. Les deux individus ont été interpellés dans un squat de la commune connu pour abriter des clandestins.

Il s’agit d’un citoyen algérien de 25 ans et d’un Tunisien de 15 ans, tous deux en situation irrégulière sur le territoire français et déjà bien connus des services de police. Les vêtements qu’il portaient au moment du viol ont été retrouvés en perquisitionnant leur squat.

Les deux suspects ont été placés en garde à vue où ils ont nié les faits. Ils ont ensuite été déférés samedi au parquet d’Aix-en-Provence qui, devant divers éléments de preuve, les a mis en examen pour viol en réunion et les a placés en détention provisoire.

Source: Actu 17

 

6 Commentaires

  1. A pendre haut et court ainsi que tous les mouatène sur nos terres, c’est une question de survie pour nous.

  2. Qu’ils remettent la peine de mort pour ces bêtes sauvages. Les violeurs et assassins d’enfants.
    Ils vont en faire quoi de ces ordures, suppôts de satan, les mettre (peut être) en prison à nos frais. Les jeter en mer sur une barcasse, surtout pas en méditerranée mais sur l’océan. Ils ne méritent pas de vivre.

  3. “Il s’agit de d’un citoyen algérien de 25 ans et d’un Tunisien de 15 ans, tous deux en situation irrégulière sur le territoire français et déjà bien connu des services de police.”
    Il s’agit donc de 2 individus relâchés par des juges qui ne sont en place que pour défendre une idéologie destructrice de notre société, plutôt que de défendre les citoyens qui les payent.
    Il faut des juges élus par le peuple pour servir les intérêts du peuple.

    • comme les temps sont courts !!! les rejetons des moutons de 1940, de la milice qui les a déporté et des pied-noirs et ceux qui ont fuient devant l’ennemi en abandonnant armes et bagages, laissant le peuple français vivant les affres de l’occupation nazi, se sont réveillé et rassemblé en une seule meute, crier sur les toits ” au loup, au loup “” pour faire semblant d’etre les victime de l’histoire. bravo les bougnoules comme disaient les chleuhs.

LAISSEZ UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici