Dans les écoles maternelles de Malmö, la diversité paralyse l’éducation des tout petits

Image d'illustration / Photo: DR
Image d'illustration / Photo: DR

Selon le personnel de 13 écoles maternelles de Malmö, une ville suédoise devenue symbole du fiasco de la politique migratoire, les enfants sont freinés dans les apprentissages en raison des “idées non européennes” de leurs parents. C’est ce que révèle une vaste étude réalisée par la ville de Malmö.

Les enseignants expliquent que, depuis 20 ans, ils organisent des jeux où les enfants se déshabillent et jouent dans l’eau, mais qu’ils ont cessé parce qu’ils entraînent de nombreux conflits“, explique Hanna Cinthio, la chercheuse qui a mené l’étude.

Il semblerait que la municipalité de Malmö ait bien identifié des problèmes, mais elle n’a pas, contrairement à ses habitudes, publié de communiqué de presse alors que l’étude a été achevée dès le mois de mai.

Le rapport donne pourtant un bon aperçu de la gravité de la situation à Malmö. “Il y a des écoles maternelles qui décrivent un contrôle assez clair, par exemple entre frères et sœurs, qu’un frère que l’on sent clairement chargé de surveiller sa sœur“, dit Hanna Cinthio.

L’enquête révèle des problèmes généralisés. Il n’y a qu’une seule école maternelle qui déclare n’avoir aucune expérience de parents qui veulent séparer les garçons et les filles, qui exigent que les filles se tiennent à l’écart ou qui permettent aux grands frères d’exercer une autorité sur leurs sœurs. Des abus plus graves, tels que des mutilations génitales présumées, ont également été signalés.

Un membre du personnel rapporte également que les garçons écoutent rarement le personnel féminin. Certains enfants font des remarques à leurs enseignants de maternelle : “Pourquoi montrez-vous vos jambes en été? Tu n’as pas le droit de montrer tes jambes. Ma mère ne fait pas ça. Pourquoi montrez-vous vos bras? Tu n’as pas le droit de faire ça“, ont dit les enfants.

Le personnel raconte que des filles de trois ou quatre ans n’ont pas le droit d’enlever leurs collants, même s’il fait super chaud et que tous les autres enfants se déshabillent, car “elles n’ont pas le droit de montrer leurs jambes“, explique l’étude.

Dans une école maternelle, les parents ont forcé un enfant de trois ans à porter un voile, alors que l’enfant ne voulait absolument pas le faire. Dans une autre école maternelle, des soupçons ont été signalés concernant un mariage prévu entre deux cousins.

En théorie, l’école maternelle suédoise a une mission importante en offrant aux enfants un contrepoids aux normes restrictives de leurs parents, souligne Hanna Cinthio. Mais, en même temps, on demande aux enseignants de respecter la diversité.

Comment les enseignants des écoles maternelles peuvent-ils s’y retrouver lorsque les directives stipulent que les écoles maternelles doivent permettre aux enfants de s’approprier leur culture et leur patrimoine, tout en établissant des normes et des valeurs démocratiques? Ça ne va pas toujours ensemble. Et de nombreux éducateurs en parlent“, explique Hanna Cinthio.

Sources: Samnytt/ Expressen

2 Commentaires

  1. y a qu’à poser la meme question aux pieds noirs et aux colons qu’est ce qu’ils ont appris pendants les 132 ans de colonisation et vous aurez la réponse au problème. et ne croyez vous pas que nous sommes dans le proverbe “français” : qui sème le vent récolte la tempete. reconnaissez que nous avons longtemps patienté ! alors à vous d’en faire autant et en suite on verra.

  2. La solution consiste à regrouper les origines, et à faire des écoles séparées.
    Ce n’est pourtant pas compliqué… et c’est ce qu’ils veulent…

LAISSEZ UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici