Un père refuse que sa fille change de sexe: 6 mois de prison!

Image d'illustration / Photo: Fotolia
Image d'illustration / Photo: Fotolia

La transexualité est tellement à la mode que les parents n’ont plus le droit de refuser que leurs enfants changent de sexe. C’est ce qu’a découvert un père de famille en Australie, et il l’a payé cher: 6 mois de prison!

Un facteur de Vancouver a découvert que le prénom de sa fille de 12 ans avait été remplacé par un prénom masculin dans ses documents scolaires. Influencée par des militants LGBT qui donnaient des conférences dans son école, elle avait décidé de devenir un garçon.

“Son ADN ne changera pas, malgré toutes ces expériences qu’ils lui font!”, avait déclaré le père. Il s’était opposé à ce changement de sexe. Mais la mère a pris la défense de l’enfant et a soutenu son désir de subir un traitement hormonal. Le facteur s’est entêté, et la justice australienne a décidé de le punir.

“Je ne peux pas regarder un enfant en parfaite santé être détruit!”, s’est exclamé le père lors du procès. Il aura tout de même droit à six mois de prison.

Un jugement d’une incroyable sévérité, pour un homme qui se contente de défendre l’intégrité physique et mentale de son enfant. L’Occident est hanté par la Théorie du Genre qui gagne chaque jour du terrain, y compris dans les âmes des plus petits.

Les LGBT sont devenus un pouvoir impitoyable. Ils sont prêts à tout pour imposer leurs délires idéologiques à nos sociétés. Y compris condamner à des peines lourdes de braves pères de famille.

Source: Le Figaro

2 Commentaires

  1. hoooo Mon Dieu, le Tout Puissant, faites que ces etres soient chatiés sur terre en aussi en enfer. porter atteinte à la création Divine est un crime. ces juges australiens finiront dans la tourmente et iront tout droit en enfer. si vous vous octroyez de droit, pouvez vous deviner quand est ce que vous allez mourir ou ce qui pourrait vous arriver le jour suivant ? la maman de cette fille doit revenir à la raison.

  2. Voilà la preuve que tout ceci est une campagne de terreur, terrorisme intellectuel mené par des dégénérés du bulbe, donc bien entendu gauchistes, dans la droite lignée du stalinisme, de la “Révolution Culturelle” et ses Gardes Rouges (du sang de leurs victimes), de Pol Pot et ses Khmers Rouges (du sang de leurs victimes), etc…

    Excellente explication de Mathieu Bock-Côté hier dans “Il faut en parler” de ce qu’est fondamentalement la “gauche” et le gauchisme (inéluctable) : un ramassis de fouteurs de merde, en résumé. Il n’y a pas de contenu stable, juste une psychologie du gauchiste.

    Il n’y a aucune théorie réelle : la “gauche” c’est simplement le point de ralliement des ennemis de la société, de l’ordre social et fondamentalement de la liberté individuelle. C’est un terme totémique, qui définit une “gauche attitude”. On dit “je suis de gauche”, mais il n’y a aucun fond, juste des postures évoluant au gré des évolutions socio-historiques. Il faut toujours inventer de nouvelles “causes” et “luttes” imaginaires. Et ensuite on fabrique une théorie ad hoc pour justifier a posteriori, pour rationaliser (inventer de “bonnes” raisons) et justifier fallacieusement leurs débordements.

    B-C a très bien montré que la gauche a glissé du combat pour le prolétariat ouvrier disparu vers le combat pour des minorités hétéroclites et improbables (combien de vrais transgenres dans la population, 1 pour 10000?), d’où le fait qu’ils amalgament tout ce qu’ils peuvent trouver comme “minorités” brimées dans un fatras innommable et totalement incohérent (mettre les femmes, les homosexuels et les fondamentalistes musulmans dans le même tonneau, faut oser).

    Bref, le gauchisme est avant tout une maladie mentale. Ce qu’ils veulent c’est instituer le système du Docteur Goudron et du Professeur Plume décrit par Poe (nouvelle dans laquelle les fous prennent le contrôle de l’asile psychiatrique et se prétendent les soignants).

LAISSEZ UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici