Tyrannie médicale: des villes françaises interdisent la cigarette en extérieur

Jeanne Calment, 122 ans / Photo: Capture d'écran YouTube
Jeanne Calment, 122 ans / Photo: Capture d'écran YouTube

Après le confinement, après le couvre-feu, après les masques obligatoires et le passe sanitaire, voici venir la guerre contre la cigarette dans la rue.

C’est donc une nouvelle pluie d’interdictions d’un nouveau genre qui s’abat sur la France. Non seulement il est interdit de fumer dans les lieux publics clos, mais c’est désormais progressivement interdit dans les espaces à ciel ouvert.

Motif? La lutte contre le tabagisme, mais également les mégots traînant sur les trottoirs. Et, plus discrètement, l’envie de surveiller, de punir, de robotiser les comportements. Le fumeur sera bientôt traité comme un non-vacciné.

Ville après ville, l’étau se resserre sur la liberté de fumer une clope. À Thionville (Moselle), 35 espaces de plain air interdisent la cigarette depuis début octobre. De même, Carrières-sous-Poissy (Yvelines) a ouvert 37 espaces sans tabac le 1er novembre. À Pessac, près de Bordeaux, 17 espaces extérieurs sont désormais déclarés “sans tabac”. Trois zones sans tabac ont également été inaugurées dans la commune de Doubs (Doubs).

Et le pire est que les Français semblent favorables à ce délire. Selon un sondage de la Ligue contre le Cancer réalisé en janvier 2020, 89% des Français sont favorables à l’interdiction de fumer dans les parcs et jardins publics, 86% aux abords des établissements scolaires, 81% sur les plages. 94% des 25-34 ans soutiennent la mise en place d’espaces sans tabac dans les parcs et jardins publics et 90% aux abords des établissements scolaires.

Selon la Ligue contre le Cancer, “certaines municipalités ont parfois été réticentes car elles avaient peur de perdre des électeurs. Mais progressivement elles changent d’avis, car il y a également un enjeu environnemental.” Et pourquoi ne pas nous expliquer que la cigarette réchauffe la planète? Pour frapper la liberté, tous les coups sont permis.

Source: Le Figaro

1 COMMENTAIRE

LAISSEZ UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici