Zemmour veut abolir le permis à points? La Macronie panique!

Image d'illustration / Photo: Pixlr
Image d'illustration / Photo: Pixlr

Les Français haïssent le permis à points, trop contraignant, trop punitif, trop onéreux. Alors, quand Éric Zemmour propose de l’abolir, le peuple applaudit, et l’on devine que l’homme dont tout le monde parle va encore monter dans les sondages.

Donc, la Macronie panique et envoie en première ligne ses technocrates les plus cyniques, protégés par leurs CV pare-balles et leurs diplômes à visée thermique, afin de faire douter le peuple.

Dans l’Express, un de ces valets de l’idéologie au pouvoir nous explique que, si Zemmour attaque le permis à points, c’est parce qu’il est… d’extrême-droite, bien entendu!

“En s’attaquant à la sécurité routière, le pas-encore-candidat Eric Zemmour diversifie ses thématiques tout en restant dans sa ligne de nage. Suppression de la limitation sur autoroute, retour aux 90 km/h sur les départementales et fin du permis à points: autant de thèmes porteurs, juge-t-il, auprès d’un électorat sensible à l’idée qu'”on” leur casse les pieds pendant “qu’ils” ont tous les droits. Le cheval de bataille qu’il enfourche est donc un grand classique de la rhétorique de droite en guerre contre un Etat qui, faute d’être courageux envers la racaille, se montre inutilement tracassier envers les honnêtes gens. C’est habile de sa part car, outre la provocation qui garantit le buzz, il parle à l’évidence à l’imaginaire d’une partie de la famille politique dont il brigue les suffrages.”

Ce n’est pas seulement habile, c’est lucide et éclairant! Mais Le Monde préfère voir du danger mortel où il y a de la vérité salutaire.

“Pour la campagne présidentielle qui se profile, Eric Zemmour joue un jeu risqué. D’abord parce qu’il n’est pas sûr que la droite d’establishment, celle qui réclame de l’ordre et du sérieux, soit si emballée que cela par des propositions qui parlent davantage aux Gilets jaunes; ensuite parce qu’on peut difficilement être en même temps le candidat de la sécurité et celui de l’insécurité routière; enfin, parce que le “tout feu, tout flamme” de ses propositions disruptives l’expose à dévoiler son plus gros handicap: son absence totale d’expérience des affaires de l’Etat, et par conséquent son manque patent de crédibilité.”

Mais, bizarrement, ceux qui ont “l’expérience des affaires de l’Etat” sont précisément ceux qui nous ont menti, ruinés, humiliés depuis cinquante ans. Alors, on a le droit d’essayer autre chose, ou pas ?

Source citations: L’Express

LAISSEZ UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici