Condamné pour récidive de violences conjugales, Lucas Hernandez n’ira pas un seul jour en prison

Lucas Hernandez/Twitter
Lucas Hernandez/Twitter

Condamné en Espagne à 6 mois de prison pour ne pas avoir respecté une mesure d’éloignement après des violences conjugales, le footballeur Lucas Hernandez ne passera finalement pas un seul jour en prison, la justice espagnole ayant accepté ce mercredi son recours.

Pour que sa peine soit suspendue, le joueur de l’équipe de France devra s’acquitter d’une amende de 96 000€, mais aussi qu’il “ne commette pas de nouveau délit” durant une période de 4 ans, a précisé le tribunal.

En février 2017, le footballeur et sa compagne s’étaient violemment disputés devant leur domicile de Madrid. Elle l’avait frappé et griffé avant de rayer sa voiture à coups de clé, tandis que le joueur lui avait donné des coups aux côtes, dans le dos, à la mâchoire et aux lèvres, selon le jugement.

Tous deux été condamnés à la même peine pour “violences conjugales”: 31 jours de travaux d’intérêt général assortis d’une interdiction pendant 6 mois de s’approcher à moins de 500 m l’un de l’autre et de communiquer. Sauf qu’aussitôt rabiboché, le couple n’avait pas respecté cette mesure d’éloignement.

Lucas Hernandez échappe ainsi à la prison, alors même qu’il devait être incarcéré, car étant un “récidiviste”. En effet, avant sa condamnation de 2017 pour “blessures dans le cadre de violences conjugales”, la justice espagnole a rappelé que le footballeur avait déjà été condamné pour “violences conjugales” par un tribunal de Mostoles, en banlieue de Madrid.

Source: AFP

LAISSEZ UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici