Marine Le Pen chez Viktor Orban: une internationale patriote en marche?

Marine Le Pen et Viktor Orban / Photo: Twitter
Marine Le Pen et Viktor Orban / Photo: Twitter

Budapest devient un point de ralliement pour tous les patriotes européens. Après Éric Zemmour et Marion Maréchal, c’est désormais Marine Le Pen qui rencontre le Premier ministre hongrois, Viktor Orban.

Un mois après la visite du polémiste Éric Zemmour et de sa nièce Marion Maréchal, la candidate du Rassemblement national, Marine Le Pen, a été accueillie par Viktor Orban en personne au monastère des Carmélites, aujourd’hui bureau du Premier ministre, surplombant le Danube.

Après un déjeuner, tous deux ont tenu une conférence de presse, alors qu’Éric Zemmour n’avait eu droit qu’à un entretien privé sans photo officielle.

Lors de la conférence commune, Marine Le Pen a déclaré que “la Hongrie de 2021, sous la conduite de Viktor Orban, se place à la pointe du combat pour la liberté des peuples, ce combat si essentiel dans un monde en proie aux tentations totalitaires, ce combat sans lequel il n’y a pas de liberté des personnes.

L’Europe, la vraie Europe, est indissociable de l’idée de liberté qui est le socle de notre civilisation“, a-t-elle poursuivi. “C’est cette civilisation si brillante et si rayonnante, aux racines helléniques, romaines et chrétiennes, que nous entendons protéger.

Avec l’Union européenne, nous n’avons plus affaire à une volonté de coopération, mais une volonté d’asservissement, non plus à une organisation interétatique, mais à un véritable empire. Nous croyons, nous, dans la force créatrice et la diversité des peuples

Quant aux divergences avec la Commission européenne au sujet de la primauté, Marine Le Pen a affirmé que “la primauté du droit européen ne figure nullement dans le traité de Rome de 1957“. Elle a rappelé aussi que “lorsque cette question fut soumise aux Français lors du référendum de 2005, elle fut clairement rejetée.

Au moment où l’Union européenne s’apprête à usurper la compétence en matière migratoire avec le Pacte pour l’asile et les migrations, à perpétrer un quasi coup d’État juridique, jamais l’unité des énergies nationales n’aura été aussi nécessaire.

Viktor Orban a longtemps évité de se montrer officiellement aux côtés de Marine Le Pen. Mais il a changé d’attitude depuis que son parti a quitté en mars le groupe PPE (centre-droite) au Parlement européen. Désormais la priorité est à la construction d’une alliance patriote à Strasbourg.

Dans ce sens, une déclaration commune a été publiée en juillet entre la candidate du RN et une quinzaine d’alliés en Europe, dont le Premier ministre hongrois.

Pour bâtir une union souverainiste, il faudra cependant avant tout mettre de côté les divergences, car Viktor Orban est, comme Éric Zemmour et Marion Maréchal, plus libéral sur le plan économique, et plus conservateur sur le plan des valeurs sociétales que Marine Le Pen.

 

LAISSEZ UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici