Blanquer et son homologue québécois déplorent les dangers de la “cancel culture”

Photo/Wikipédia
Photo/Wikipédia

Les ministres de l’Éducation français, Jean-Michel Blanquer, et québécois, Jean-François Roberge, se prendraient-ils pour des “lanceurs d’alertes”? Ils viennent de publier conjointement une lettre ouverte intitulée “L’école pour la liberté, contre l’obscurantisme” en opposition à la “culture de l’annulation“.

Dans ce texte, les deux ministres  prétendent vouloir extirper leurs citoyens de leur “état de vulnérabilité” face aux tenants inconditionnels de la culture de l’annulation, ou “cancel culture”, disant y voir des “assassins de la mémoire“.

Nous avons le devoir de préparer notre jeunesse à l’exercice d’une citoyenneté active, respectueuse et éclairée. Une citoyenneté qui laisse place au débat, aux opinions d’autrui, à la confrontation des idées et à la remise en question de toutes nos croyances“, pérorent-ils.

Selon eux, les “assauts portés contre la liberté d’expression et le sens civique” par des soi-disant “éveillés” (les fameux “wokes”) doivent être neutralisés: “Sans contrepoids à l’influence pernicieuse de la culture de l’intolérance et de l’effacement, les valeurs démocratiques, liberté d’expression, égalité, laïcité, qui nous unissent risquent inévitablement de s’affaiblir“, font-ils mine d’avertir.

Blanquer et Roberge considèrent “le bannissement de personnalités, de spectacles et de conférences, le harcèlement sur les médias sociaux, la censure, l’assujettissement de la science à l’idéologie, l’effacement de l’Histoire jusqu’à l’autodafé de livres” comme autant de dérives identitaires à proscrire.

Ils disent même déjà observer “un recul inquiétant de l’esprit démocratique” aussi bien en France qu’au Canada. On reste un peu sidérés devant de tels propos qui, s’ils sont parfaitement exacts, restent étonnants sous la plume de ministres dont les leaders cochent toutes les cases de leur propre liste…

Source: Le Devoir

 

 

LAISSEZ UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici