Accueil Europe Où est passé le prof anglais menacé pour avoir montré des caricatures...

Où est passé le prof anglais menacé pour avoir montré des caricatures en cours?

Image d'illustration / Photo: Wikimedia Commons
Image d'illustration / Photo: Wikimedia Commons

Au Royaume-Uni, l’omerta règne autour du cas de B. Denville, ce professeur de religion de 29 ans qui, fin mars, avait dû fuir son domicile avec sa compagne et demander la protection de la police après avoir été menacé sur les réseaux sociaux.

Des associations musulmanes l’avaient accusé d’avoir blasphémé contre Mahomet, après qu’il eut montré à ses élèves de la Batley Grammar School, située non loin de Manchester, des caricatures du prophète extraites du magazine satirique français, Charlie Hebdo.

Depuis, il a été blanchi par une enquête indépendante, mais il a “disparu des radars” et aucune institution officielle ne souhaite communiquer à son sujet.

La dernière information sur cette affaire est un “avertissement” par le régulateur des associations caritatives à Purpose Of Life, l’organisation islamiste à l’origine de la cabale, exigeant des changements immédiats à cet organisme et un suivi du comportement de ses membres sans quoi “d’autres actions réglementaires pourraient être prises”.

Diffusée sur les réseaux sociaux, la lettre du leader de l’association, Mohammad Sajad Hussain, à la direction de l’école avait mis le feu aux poudres: il y accusait le professeur de “terrorisme contre l’islam et les musulmans du monde” et réclamait qu’il soit “écarté de manière permanente” de l’école.

Une enquête indépendante lancée par la Batley Grammar School avait conclu qu’il n’avait commis aucune faute, “croyait sincèrement que l’utilisation de l’image avait un but et un avantage éducatifs, et qu’elle n’était pas utilisée dans l’intention d’offenser“, et que “l’image a été incluse pour lancer une discussion sur la signification du blasphème”.

Craignant pour sa vie, celui-ci n’est pourtant pas revenu à l’école. Qu’est-il devenu? Difficile de le savoir. Le sujet est parfois évoqué par certains éditorialistes, principalement dans le journal conservateur The Telegraph.

Est-il considéré comme chanceux d’avoir survécu, contrairement à Samuel Paty? A-t-il repris un emploi de professeur ailleurs? Se cache-t-il toujours? L’école est aux abonnés absents, tout comme le syndicat de l’éducation, tous deux contactés.

Et le ministère de l’Éducation britannique a refusé de répondre à ces questions, estimant que cela ne relevait pas de son ressort. Quant à l’anniversaire de l’assassinat de Samuel Paty, il n’a pas été traité dans les médias britanniques.

Source: Marianne

 

 

LAISSEZ UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici