Le Royaume-Uni refuse que la justice européenne empêche l’expulsion des criminels étrangers

Image d'illustration/Fotolia
Image d'illustration/Fotolia

“Je ne pense pas que ce soit le travail de la Cour européenne de Strasbourg de nous donner des ordres sur des choses comme le NHS (service public de santé), notre protection sociale ou nos forces de police”, a dénoncé le ministre britannique de la Justice, Dominic Raab.

“Nous voulons que la Cour suprême ait le dernier mot sur l’interprétation des lois du pays, pas la Cour de Strasbourg. Tout comme (maintenant que nous avons) quitté l’UE, nous ne voulons pas que la Cour de Luxembourg prévale sur nos juges”, a rappelé le ministre en référence à la Cour de justice de l’UE (CJUE).

Le ministre défend ainsi une réforme de la loi, pour permettre que les droits de l’Homme ne soient pas dévoyés, et ne servent à empêcher les criminels de nationalité étrangère de se servir des droits humains, pour éviter que soit rendue la justice, lorsqu’ils doivent être expulsés.

Le ministre a qualifié de “problème grave” le fait que des criminels étrangers utilisent la clause dite de “droit à la vie familiale” de la loi sur les droits de l’Homme pour empêcher leur expulsion, un prétexte cité dans “entre 100 et 200 cas par an”. Les droits de l’Homme ne doivent pas devenir les droits exclusifs des criminels au mépris de la justice.

Source: AFP

LAISSEZ UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici