À Belfort, un individu tire sur les gendarmes, il est abattu par les tirs de riposte

Image d'illustration / Photo: Fotolia
Image d'illustration / Photo: Fotolia

Hier, un homme de 37 ans, connu de la justice, a fait feu en l’air devant la gendarmerie de Beaucourt, dans le Territoire de Belfort, avant de prendre la fuite en voiture. Après avoir forcé plusieurs barrages, il a été intercepté à Danjoutin où il a fait feu sur les forces de l’ordre et a été abattu par les tirs de riposte.

Mercredi 13 octobre, dans la matinée, un homme de 37 ans, a arrêté son monospace Citroën devant la gendarmerie de Beaucourt (Territoire de Belfort) et a fait feu, a priori avec une arme de poing, en l’air, avant de prendre la fuite.

Aussitôt les gendarmes se sont lancés à sa poursuite et plusieurs barrages ont été dressés dans sa direction de fuite, vers Belfort. Après avoir forcé deux barrages sur les communes de Delle et Bourogne, le fuyard a poursuivi sa route vers Andelnans.

Là, dans la zone commerciale, le trentenaire, toujours au volant de sa Citroën, a pris tous les risques en traversant la zone commerciale à très vive allure et en effectuant plusieurs dépassements dangereux.

Arrivé à Danjoutin, l’individu a pris un rond-point à l’envers pour esquiver un troisième barrage dressé par les gendarmes. C’est alors qu’un véhicule de gendarmerie l’a volontairement percuté pour mettre fin à la poursuite.

L’homme a alors sorti son arme et a fait feu en direction des militaires. Ceux-ci, en légitime défense, ont dû répliquer à six reprises et l’homme a été mortellement atteint à l’intérieur de son véhicule.

Les secours sont arrivés peu après mais il n’ont rien pu faire pour lui et il a été déclaré mort sur place. Il s’agit d’un homme déjà connu des service de police et de justice, notamment pour des affaires de stupéfiants.

Le parquet de Belfort a ouvert une enquête et d’après les premiers éléments, l’homme aurait eu la volonté de se suicider en ouvrant le feu sur les forces de l’ordre pour être abattu par les tirs de riposte.

Sources: L’Est Républicain/ 20 Minutes

2 Commentaires

  1. Bravo ! Il ne faut plus hésiter à tirer. Mieux vaut une racaille morte qu’un policier abattu… Bien sûr, on donne chaque mois aux orphelins de la police et des pompiers, mais cela ne leur rendra ni un père ni une mère. Et surtout, les Français ne supportent plus de voir de nouveaux enfants privés de leurs parents.

LAISSEZ UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici