Explosion à Beyrouth: mandat d’arrêt contre un ancien ministre

La double explosion dans le port de Beyrouth/DR
La double explosion dans le port de Beyrouth/DR

L’enquête sur l’explosion du port de Beyrouth le 4 août 2020, qui a fait plus de 200 morts, plus de 6500 blessés, et dévasté des quartiers entiers de la capitale, a repris la semaine dernière après le rejet par une cour d’appel des plaintes de députés visant à être dessaisis.

Parmi ceux-ci se trouve le député et ex-ministre des Finances Ali Hassan Khalil, haut responsable du mouvement chiite Amal. Selon une source judiciaire, le juge chargé de mener ces investigations a émis mardi un mandat d’arrêt à son encontre.

La décision du juge Tareq Bitar intervient au lendemain d’une violente attaque du Hezbollah pro-iranien, allié d’Amal, contre le magistrat, déjà pris à partie par la classe politique libanaise: les responsables politiques de tous bords refusent d’être interrogés par le juge, même si les autorités ont imputé le drame au stockage sans mesures de précaution d’énormes quantités de nitrate d’ammonium.

Le chef du Hezbollah l’a accusé de politiser l’enquête et a demandé son remplacement. Depuis qu’il a hérité de l’affaire, Tareq Bitar a convoqué l’ex-Premier ministre, Hassan Diab, et quatre ex-ministres en vue de leur inculpation.

Le 16 septembre, il a délivré un mandat d’arrêt resté sans exécution contre l’ex-ministre des Transports, Youssef Fenianos, membre d’un parti chrétien proche du Hezbollah. Oui, au Liban, ça existe, un parti chrétien proche du Hezbollah…

Source: 20 Minutes

Mystère… Le FBI rend ses conclusions sur l’explosion dans le port de Beyrouth

LAISSEZ UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici