Les prix à la pompe plus élevés qu’avant les Gilets jaunes! Le gazole n’a jamais été aussi cher

Image d'illustration / Photo: Pixabay
Image d'illustration / Photo: Pixabay

Composé essentiellement de taxes, le prix du gazole à la pompe a atteint la semaine dernière 1,5354€ le litre en moyenne, selon les derniers chiffres du ministère de la Transition écologique publiés lundi. En une semaine, le gazole a pris 3,8 centimes de plus. En un an, le prix du gazole a ainsi explosé de 28%.

Le gazole n’aura jamais coûté aussi cher aux Français. Son précédent record avait été enregistré juste avant le début de la crise des Gilets jaunes, en octobre 2018 (1,5331€/l). Le soulèvement populaire était né justement à l’époque de l’explosion des prix à la pompe, causée par une énième taxe sur les carburants.

Contrainte devant la colère populaire de reculer, la Macronie a simplement cessé d’augmenter les taxes, qui représentent plus de la moitié du prix du carburant. L’explosion actuelle des prix est donc entièrement liée à l’augmentation des prix du pétrole, causée par une forte demande à travers le monde.

En effet, le prix du baril de Brent (de mer du Nord) a été multiplié par 2 en un an, pour s’élever aujourd’hui à un peu moins de 84$ (73€). De plus, la Macronie n’a pas compensé cette hausse des cours du pétrole par une baisse de taxes, ce qui aurait permis d’enrayer l’explosion des prix. Ce racket fiscal est bien trop précieux pour le gouvernement.

Moins utilisée que le diesel, l’essence sans plomb 95, coûtait en moyenne de son côté 1,6073€/l la semaine dernière. Si elle n’a pas battu son record, datant de 2012 (1,66€ en avril), elle a depuis juillet dernier dépassé son niveau atteint au début de la crise des Gilets jaunes (1,55€), sans qu’aucune révolte populaire ne semble gronder à l’horizon.

Source: Le Figaro

1 COMMENTAIRE

  1. Comme les crétins veulent decarboner, les pétroliers ne veulent plus prendre de risques, alors les prix augmentent. Biden essaie de supprimer la production du pétrole et du charbon pour “sauver la planète”. Il y aura pénurie. Mais c’est dans leur dessein de décarboner. Nous seront dans la misère, mais décarbonés.

LAISSEZ UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici