Elle a fait de ses fils des enfants-soldats de l’État islamique: une “djihadette” jugée en Suède

Image d'illustration / Photo: Capture d'écran YouTube
Image d'illustration / Photo: Capture d'écran YouTube

Une femme de 49 ans appartenant à l’État islamique a été arrêtée en Suède, soupçonnée d’avoir commis des crimes de guerre en Syrie, notamment d’avoir forcé son propre fils à devenir un enfant-soldat.

Ses crimes auraient eu lieu entre 2013 et 2016 en Syrie après que la femme eut quitté la Suède pour rejoindre l’État islamique, en emmenant ses cinq enfants avec elle.

Elle est soupçonnée d’avoir contribué, en accord avec d’autres, à l’utilisation d’un enfant de moins de 15 ans comme enfant-soldat“, a déclaré le parquet. “C’est la première fois que nous examinons la question des enfants-soldats devant les tribunaux suédois. C’est un cas inhabituel.

Deux des cinq enfants, tous deux des garçons, seraient morts en Syrie, tandis que deux autres auraient été pris en charge par l’État après le retour de la femme en Suède l’année dernière.

Les médias ont publié des photos montrant les enfants posant avec des armes. D’autres photos d’enfants posant avec des corps mutilés existent, mais elles n’ont pas été publiées.

La femme de 49 ans est également accusée d’avoir marié de force ses filles lorsqu’elle était en Syrie.

Elle a cependant nié les accusations portées contre elle, tentant d’affirmer que ses enfants menaient une vie normale lorsqu’ils vivaient sur le territoire de l’ancien califat. Elle a également nié les accusations de participation à des crimes de guerre.

En Europe, les poursuites contre les membres de l’État islamique de retour au pays sont rares, et les condamnations encore plus, surtout en France. La loi suédoise sur la terreur, adoptée l’année dernière, n’a donné lieu à aucune inculpation au cours de la première année.

Le procureur en chef du parquet national chargé des affaires de sécurité a déclaré en mars qu’il était extrêmement difficile de poursuivre les radicaux de l’État islamique de retour au pays en raison de la difficulté à obtenir des preuves de leurs crimes.

Au début de l’année, cependant, une femme a été condamnée à trois ans de prison pour avoir emmené son fils de deux ans rejoindre l’État islamique en Syrie après avoir menti au père de l’enfant en lui disant qu’elle partait en vacances en Turquie.

La femme et l’enfant ont passé six ans en Syrie avant de revenir tous deux en Suède fin 2020, où elle a été arrêtée à l’aéroport d’Arlanda et l’enfant rendu à la garde exclusive du père.

Source: SVT

LAISSEZ UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici