Covid-19: en Guyane, un niveau de décès “jamais atteint”… mais combien?

Image d'illustration / Photo: Pixabay
Image d'illustration / Photo: Pixabay

Pourquoi agite-t-on des titres alarmistes sans jamais donner des chiffres précis en premier? En Guyane, territoire français de 300 000 habitants où un sur deux a moins de 25 ans, on parle d’un “niveau jamais atteint”, dans le contexte de la Covid, mais qu’en est-il réellement?

Les médias mettent en avant le faible taux de vaccination. La Guyane est toujours à la peine avec, selon les données officielles, 30,5% de personnes présentant un schéma vaccinal complet chez les plus de 12 ans.

Sous forte crispation d’une partie de la population et de personnels soignants opposés à la vaccination obligatoire, les directions et chefs de service des trois hôpitaux de la région ont mis en garde mercredi devant la presse contre le risque généralisé de “tri des patients”.

Et, selon Santé Publique France, une hausse des hospitalisations liées à la Covid-19 en pédiatrie est constatée depuis trois semaines, les moins de 20 ans représentent 9% des hospitalisations, soit le double de leur taux en troisième vague.

Jamais la Guyane n’avait enregistré autant de décès et d’admissions en réanimation” depuis le début de l’épidémie, alertait en outre vendredi le bulletin épidémiologique de Santé Publique France.

Mais combien sont-ils? Dans les trois hôpitaux de la région, sont actuellement admis… 130 patients pour la Covid-19, dont 31 cas sévères. Et lors des sept derniers jours, “21 Guyanais ont succombé à la Covid-19, un chiffre jamais atteint“, soulignait vendredi l’Agence régionale de santé (ARS) dans son bulletin quotidien.

Et si le nombre d’hospitalisations a atteint le niveau du pic de la troisième vague la semaine dernière comme la précédente, il reste encore inférieur au pic de la première vague.

Sur 300 000 habitants, 130 patients hospitalisés dont 31 gravement malades, 21 morts en une semaine: si l’on découvrait en plus qu’ils sont quasiment tous très âgés et/ou souffrant de co-morbidités, on en viendrait à penser que la stratégie de la peur est également à l’œuvre dans nos Outremers…

Source: 20 Minutes

LAISSEZ UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici