Canada. Une ministre afghane qui a parlé de “nos frères les talibans” sanctionnée: elle perd son siège aux législatives

Maryam Monsef / Photo: DR
Maryam Monsef / Photo: DR

La ministre du gouvernement Trudeau qui a qualifié les talibans de “nos frères” a perdu son siège au Parlement à peine quatre semaines plus tard, lors des élections anticipées canadiennes.

Maryam Monsef, membre du Parti libéral du Premier ministre et ministre de la Condition féminine, a été battue par la candidate de droite Michelle Ferreri dans la circonscription de Peterborough-Kawartha lors de l’élection législative de lundi.

Maryam Monsef, l’ancienne ministre, elle même d’origine afghane, avait qualifié, en août 2021, les talibans de “frères” lors d’une conférence de presse sur la situation en Afghanistan après la prise de contrôle du pays par le groupe islamiste.

L’éviction de Maryam Monsef intervient après une campagne électorale mouvementée du Parti libéral de Justin Trudeau. Le Premier ministre canadien avait provoqué une onde de choc dans la politique canadienne en convoquant les élections anticipées, car il souhaitait manifestement obtenir cette majorité absolue au parlement qu’il n’avait pas réussi à obtenir lors des élections de 2019.

Le coût politique de la manœuvre sera aussi probablement élevé. Alors que le parti restera au pouvoir en tant que gouvernement minoritaire, le cabinet de Justin Trudeau a subi un certain nombre de pertes. En plus de perdre sa ministre de l’Égalité des sexes, Trudeau a également perdu Bernadette Jordan, désormais ex-ministre des Pêches, des Océans et de la Garde côtière canadienne, et pourrait bien perdre Deb Schulte, la ministre du Développement rural.

Arrivé au Canada en 1996, à l’âge de 11 ans, Maryam Monsef a été candidate à la mairie de Peterborough (Ontario). Elle a été élue dans la circonscription de Peterborough-Kawartha lors de l’élection du 19 octobre 2015. Lors de la formation de son cabinet le 4 novembre suivant, le Premier ministre Justin Trudeau l’a nommée ministre des Institutions démocratiques et présidente du Conseil privé. Elle n’a conservé cependant ces postes qu’un peu plus d’un an, car lors du remaniement ministériel de janvier 2017 elle a été nommée ministre de la Condition féminine.

Sources: AP/ Wikipedia

LAISSEZ UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici