Nucléaire: Poutine et Xi veulent paralyser la France

Xi et Poutine
Photo / Wikimedia Commons

Le nucléaire est-il une énergie non-polluante, ou dangereuse? La question est en débat à Bruxelles, et de ce débat sortiront des mesures qui influeront considérablement sur le destin de l’Europe en général, et de la France en particulier.

Comme notre pays symbolise, par excellence, la nation européenne nucléaire, décider que le nucléaire doit disparaître mettrait en très grand danger notre sécurité énergétique. Et il semble que certains, en douce, poussent Bruxelles à prendre cette décision.

L’Allemagne, bien entendu, veut que Bruxelles favorise le charbon, pourtant l’énergie la plus polluante qui soit. Mais pas seulement l’Allemagne…

Le magazine Transitions et Énergies explique: “Pour la première fois, Jean-Bernard Lévy, le Pdg d’EDF, de plus en plus inquiet sur les négociations en cours à Bruxelles, a mis les pieds dans le plat. Il a expliqué la semaine dernière, à l’occasion d’une audition publique au Parlement devant la Commission Résilience Nationale, quels sont les intérêts cachés à la manœuvre pour faire sortir le nucléaire de la liste verte. La Russie, pour promouvoir son gaz, et aussi la Chine, dont les ambitions de supplanter la France dans le nucléaire civil ne sont un secret pour personne. On peut ainsi toujours compter sur la Commission européenne pour sacrifier les intérêts stratégiques de ses États membres au nom de prétendus grands principes!”

Ah, nos alliés européens! Ils nous font autant de mal que nos gouvernants, et ce n’est pas peu dire.

“Jean-Bernard Lévy a expliqué aux députés que “derrière ceux qui combattent l’inclusion du nucléaire dans la liste européenne, se profilent les grands conglomérats étatiques situés à l’est de l’Europe, à proximité et plus lointains”. On peut difficilement être plus clair.”

À quoi faut-il s’attendre, alors?

“La Commission européenne doit décider à l’automne si le nucléaire, bas carbone mais qui fait peser des risques sur l’environnement, va figurer parmi les sources d’énergies considérées comme “vertes” dans la future liste. Le PDG d’EDF semble de plus en plus inquiet sur le rapport de forces qui s’installe à Bruxelles. Après le camouflet subi en Australie par l’industrie française de l’armement, un autre coup porté à l’avenir de l’industrie nucléaire française, cela commencerait à faire beaucoup de la part de pays (et d’institutions) qui sont en théorie nos alliés.”

On peut donc s’attendre au pire. La France n’est plus qu’un petit pays, et personne n’a l’intention de la défendre.

Source citations: Transitions et Énergies

1 COMMENTAIRE

  1. vous l’avez très bien avoué !!! la disparition du nucléaire mettrait en très grand danger la sécurité énergétique de la france. et c’est justement que la “légion” se trouve au mali, quitte à perdre 50% de son effectif. sinon les réacteurs s’arreteront et les 64 millions vivront dans le noir. et les conséquences seront grandes. tout le monde le savait. il n’y avait que vous qui croyez que le secret était bien gardé. enfin, c’est toujours ça.

LAISSEZ UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici