Les transports parisiens exigent 1,3 milliard de l’État pour compenser les pertes de la pandémie

Image d'illustration/Wikimedia Commons
Image d'illustration/Wikimedia Commons

“Sans l’engagement du soutien financier de l’État, Île-de-France Mobilités sera dans l’obligation de suspendre tout ou partie de ses paiements aux groupes publics RATP et SNCF dès la fin du mois de septembre 2021”, a menacé l’institution qui gère les transports en région parisienne.

“Il ne peut pas y avoir de sortie de la crise Covid en Île-de-France sans compensation des pertes financières sur les transports en commun”, soutient Valérie Pécresse présidente de l’autorité régionale des transports. Île-de-France Mobilités (IDFM) exige à l’État 1,3 milliard d’euros de subventions pour compenser les pertes liées cette année à la pandémie.

IDFM verse 400 millions d’euros par mois à la RATP et 300 millions par mois à la SNCF. L’autorité régionale appuie son exigence sur l’accord signé avec l’État en septembre 2020, qui prévoit une “réévaluation de la situation en cas de nouvelles pertes de ressources imputables à la situation sanitaire”.

Or, IDFM prévoit pour l’année en cours des pertes de l’ordre de 1,3 milliard d’euros correspondant, pour environ 1 milliard, au recul des recettes tarifaires et pour environ 300 millions d’euros, à celui des versements mobilité, la taxe payée par les entreprises. Pour 2020, IDFM avait obtenu de l’État 1,45 milliard d’euros d’avance remboursable et 150 millions de subvention.

Source: AFP

LAISSEZ UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici