Dans la banlieue de Lyon, trois policiers blessés, attaqués par une bande de racailles pour libérer un suspect

Image d'illustration / Photo: Pxhere
Image d'illustration / Photo: Pxhere

Samedi soir, des policier nationaux qui venaient d’interpeller un individu appartenant à un groupe venant d’attaquer les locaux de la police municipale de Saint-Fons, près de Lyon, ont été pris à partie par une vingtaine de racailles. Les assaillants ont réussi à faire évader le suspect. Trois policiers ont été blessés.

Comme à Marseille, au début du mois, une scène surréaliste s’est déroulée samedi 11 septembre, vers 22h30, dans les rues de Saint-Fons, dans la banlieue de Lyon, dans le Rhône.

En effet, une patrouille de la police nationale a été appelée en urgence rue Anatole-France car un groupe de “jeunes” caillassait les locaux de la police municipale ainsi que les véhicules sérigraphiés qui se trouvaient devant.

À leur arrivée, les policiers ont réussi à disperser le groupe et à interpeller un des assaillants. Alors que les fonctionnaires venaient de menotter l’individu, ce dernier s’est mis à hurler, rameutant ainsi une vingtaine de racailles du quartier.

Les “jeunes” s’en sont alors pris aux agents, qui ont reçu une pluie de projectiles, et ils ont réussi à faire évader le suspect qui s’est enfui avec les menottes aux poignets! Trois policiers ont été légèrement blessés dans l’attaque.

Les fonctionnaires ont réussi à disperser leurs assaillants en usant notamment de grenades lacrymogènes. Deux individus, âgés de 26 et 38 ans, ont été interpellés et placés en garde à vue. Ils sont poursuivis pour violences en réunion sur agents dépositaires de l’autorité publique.

Plus tard dans la soirée, un mineur de 14 ans s’est livré aux forces de l’ordre, reconnaissant sa participation au caillassage des locaux de la police municipale. Il a également été placé en garde à vue.

Le parquet de Lyon a ouvert une enquête sur ces faits d’une extrême gravité. On ignore le nombre de jours d’ITT qui ont été attribués aux trois fonctionnaires blessés ainsi que les suites pénales envisagées dans cette affaire.

Sources: Le Progrès/ Actu 17

LAISSEZ UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici