Bonne idée! Un robot autonome armé de mitrailleuses pour surveiller les frontières?

REX MKII / Photo: Israel Aerospace Industries
REX MKII / Photo: Israel Aerospace Industries

Un entrepreneur israélien travaillant pour le ministère de la Défense a dévoilé lundi un robot armé télécommandé capable de patrouiller dans les zones de combat, traquer les infiltrés et ouvrir le feu. Ce véhicule sans pilote est la dernière nouveauté dans l’univers de la technologie des drones, qui remodèle rapidement le champ de bataille moderne.

Ses partisans affirment que ces machines semi-autonomes permettent aux armées d’épargner les vies de leurs soldats, tandis que ses détracteurs craignent qu’il s’agisse d’une nouvelle étape dangereuse vers des robots prenant des décisions de vie ou de mort.

Le robot à quatre roues motrices présenté lundi a été mis au point par l’entreprise Israel Aerospace Industries, le “REX MKII”.

Il est commandé par une tablette électronique et peut être équipé de deux mitrailleuses, de caméras et de capteur, mais nombre de ses fonctions, notamment son système de déplacement et de surveillance, peuvent également fonctionner de manière autonome.

Le robot peut recueillir des renseignements pour les troupes au sol, transporter des soldats blessés et des fournitures dans et hors de la bataille, et frapper des cibles proches.

L’armée israélienne utilise actuellement un véhicule similaire, plus petit, appelé Jaguar, pour patrouiller le long de la frontière avec la bande de Gaza et contribuer à faire respecter le blocus imposé par Israël en 2007.

Les véhicules terrestres sans pilote sont de plus en plus utilisés par d’autres armées, notamment celles des États-Unis, de la Grande-Bretagne et de la Russie. Leurs tâches comprennent le soutien logistique, le déminage et le tir.

Les critiques, notamment les associations gauchistes pseudo-humanitaires, s’inquiètent du fait que les armes robotisées pourraient décider d’elles-mêmes, peut-être à tort, de tirer sur des cibles.

Le développement de véhicules terrestres autonomes a pris du retard par rapport aux avions et aux bateaux autonomes, car se déplacer sur terre est beaucoup plus complexe que de naviguer sur l’eau ou dans les airs. Contrairement à la haute mer, les véhicules doivent composer avec les obstacles et savoir exactement quelle force appliquer pour surmonter un obstacle physique.

La technologie des véhicules à conduite autonome a également suscité des inquiétudes. Le fabricant de voitures électriques Tesla, parmi d’autres entreprises, a été lié à une série d’accidents mortels, dont un incident en Arizona en 2018 où une femme a été percutée par une voiture conduisant en mode pilote automatique.

Source: AP

LAISSEZ UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici