Uber condamné à payer une rançon à la mafia des taxis, pour avoir fourni un meilleur service

Le taxi volant dans le 5e élément/DR
Le taxi volant dans le 5e élément/DR

Ce vendredi, la société Uber France a été condamnée par la cour d’appel de Paris à verser 200€ au titre du préjudice moral à 910 chauffeurs de taxi ainsi que 5 000€ au syndicat des sociétés coopératives de chauffeurs de taxi de la région parisienne. Son crime? Avoir fourni sur le marché un meilleur service qu’eux.

En effet, grâce à l’offre du service Uber Pop entre février 2014 et juillet 2015, la société permettait à des taxis libres, de simples particuliers — non titulaires d’une licence de taxi ou de VTC — de travailler et de rendre service à ses clients. En clair: de fournir du travail, un meilleur service à tous, et moins cher.

Mais les chauffeurs de taxi, furieux qu’on puisse leur faire concurrence ont donc traîné Uber devant la justice pour exiger que le meilleur service qu’il rendait soit supprimé. Uber a fini par retirer Uber Pop, et a été condamné fin 2015 à 150 000€ d’amende par la Cour d’appel de Paris.

Depuis, Uber est désormais condamné de ne fournir à ses clients que des chauffeurs sous licence “qui passent les mêmes examens que les chauffeurs de taxi”. Un porte-parole d’Uber explique que l’activité de Uber Pop “a été suspendue en France en 2015”.

En clair: les taxis libres se retrouvent au chômage, et les clients sont condamnés à payer trop cher pour le même service, c’est le résultat concret du socialisme en France.

Source: AFP

LAISSEZ UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici