À Roissy, une collision évitée de peu à cause… d’un lapsus

Image d'illustration / Photo: Wikimedia Commons
Image d'illustration / Photo: Wikimedia Commons

Le Bureau d’Enquêtes et d’Analyses pour la Sécurité de l’Aviation civile est revenu dans un rapport sur un “incident grave” à l’aéroport de Roissy-Charles de Gaulle le 20 juillet 2020: deux avions ont failli entrer en collision à cause d’un lapsus de la contrôleuse lors de la délivrance de l’autorisation d’atterrissage.

Ladite contrôleuse était focalisée sur une zone et s’est trompée en donnant à un avion l’autorisation d’atterrir sur une piste où un autre avion allait décoller.

Le Boeing 787 assurant le vol United Airlines 57 depuis l’aéroport de Newark, aux États-Unis, a failli atterrir là ou un Airbus A320 de la compagnie EasyJet s’apprêtait à décoller de l’aéroport…

Tout s’est joué entre les noms de deux pistes de l’aéroport, la 09L et la 09R: lorsque le Boeing 787 a demandé où atterrir, la contrôleuse “a pensé” l’autoriser à l’atterrissage en piste 09L.

Selon le rapport, “sa langue a fourché parce qu’elle était focalisée sur la piste 09R“, où un avion venait d’atterrir, et qu’elle a dit au 787 d’atterrir en 09R, mais dans le même temps le A320 se rendait sur cette même piste pour son décollage.

Dans l’Airbus, “au moment de pénétrer sur la piste, l’équipage regarde à nouveau dans l’axe de la finale et voit cette fois le Boeing 787 incliné et se dirigeant vers la  piste 09R. Le commandant de bord comprend que le Boeing 787 fait une baïonnette, une technique d’atterrissage, et freine l’avion alors qu’il est déjà engagé sur la piste d’une dizaine de mètres, perpendiculairement à l’axe de piste. Le Boeing 787 est alors à environ 300 ft de hauteur“, détaille le rapport, soit environ 90 mètres, et à 1300 m du seuil de la piste.

La collision a donc été évitée de peu… selon le BEA, l’erreur de langage a plusieurs causes potentielles. À ce moment, la contrôleuse gérait essentiellement le trafic de la piste 09R, où se déroulaient “un atterrissage, deux départs et deux traversées de cette piste à venir“.

Elle n’était pas non plus à la meilleure position dans la tour de contrôle pour observer la zone qu’elle devait surveiller, l’écran de la place habituelle “était éteint et semblait, selon les contrôleurs, être en panne“.

Enfin, “la commission locale de sécurité du service de la navigation aérienne de l’aérodrome Paris-Charles de Gaulle précise que le lapsus est une erreur inhérente au dispositif actuel dans lequel l’humain occupe une grande place, vu l’alternance entre les pistes droite et gauche“.

Le Service de la navigation aérienne de l’aérodrome Paris-Charles de Gaulle a tout de même mis en place un groupe de travail pour clarifier les ordres donnés à l’avenir, de même que les demandes de précisions provenant des équipages. Il était temps…

Source: BFMTV

3 Commentaires

  1. Bonjour
    je souhaite me désabonner de votre journal, comment puis-je procéder?
    Je vous remercie et vous souhaite une belle journée.
    Bur Raymond

    • j’ai vu ce Monsieur lors d’un enregistrement d’une serie tv au 24 de l’avenue hoche a paris
      avec eden bien entendu

  2. “sa langue a fourchée” je veux bien , mais pourquoi ?
    était elle sous l’emprise d’un vaccin qui nous veut que du bien

    creusons le sujet

LAISSEZ UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici