Près de Toulouse, un “jeune” sans permis fuit les gendarmes et percute un père et son enfant

Image d'illustration Photo: DR
Image d'illustration Photo: DR

Vendredi dernier, un “jeune” de 21 ans qui roulait sans permis sur la commune de Auterive, près de Toulouse, a pris la fuite à la vue d’une patrouille de gendarmerie. Dans sa course folle, l’individu a percuté un père et son enfant qui marchaient sur un trottoir. Les victimes ont été blessées. Le chauffard a été interpellé 48h après les faits et a été jugé mardi.

Vendredi 16 juillet, en fin de soirée, un “jeune” de 21 ans ,dépourvu du permis de conduire, circulait au volant d’une voiture dans les rues d’Auterive (Haute-Garonne) quand il a aperçu un véhicule de gendarmerie qui se dirigeait dans sa direction.

Aussitôt, le “jeune” a accéléré et a pris la fuite, les gendarmes à sa poursuite. Le conducteur a pris tous les risques en circulant à très vive allure jusque dans le centre de cette commune située au sud de Toulouse.

C’est là que le “jeune”, voulant éviter une femme et sa petite fille qui traversaient sur un passage piéton, est venu percuter un père et son enfant qui marchaient sur le bas-côté de la rue. Les victimes ont été blessées.

Malgré le choc, le conducteur a poursuivi sa fuite et est parvenu à disparaître dans les rues de la commune. Le père et son petit garçon ont été pris en charge par les secours. On ne connaît pas le nombre de jours d’ITT qui leur ont été attribués.

Quelques heures plus tard, le véhicule du chauffard était retrouvé entièrement carbonisé dans un autre quartier de la ville. Le parquet de Toulouse a alors ouvert une enquête confiée aux gendarmes de la communauté de brigades d’Auterive.

Grâce à de minutieuses investigations, le suspect a finalement été identifié puis interpellé dimanche 18 juillet. Placé en garde à vue, il a reconnu les faits. Il était jugé, mardi dernier, en comparution immédiate par le tribunal correctionnel de Toulouse.

L’individu, dont les éventuels antécédents judiciaires n’ont pas été révélés, a tout de même présenté des excuses aux victimes. Sans doute émus par une si touchante attention, les magistrats ne l’ont condamné qu’à douze mois de prison dont six ferme, mais à effectuer libre sous surveillance électronique!

Sources: La Dépêche du Midi/ C News/ Actu 17

LAISSEZ UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici