Dans une cité chaude en Isère, un repris de justice tabassé à mort par une dizaine d’individus

Sang-agression/Pixabay
Sang-agression/Pixabay

Vendredi dernier, un “jeune” de 21 ans, de multiples fois condamné, a été lynché  par une dizaine d’individus dans un quartier sensible de Villefontaine, en Isère. La victime est morte 48h plus tard à l’hôpital. Ses agresseurs sont activement recherchés. L’affaire pourrait être liée au trafic de produits stupéfiants. 

Les faits remontent au vendredi 16 juillet. Ce soir-là, vers 22h30, Matteo D., un “jeune” de 21 ans, se trouvait place de l’Europe, à proximité d’un point de deal du quartier sensible des Fougères, à Villefontaine, en Isère.

Soudain, une dizaine d’individus, probablement d’autres “jeunes”, ont surgi et s’en sont pris à Matteo D. qui a été littéralement lynché par le groupe. La victime a été frappée de multiples fois à la tête, notamment avec des objets lourds et contondants.

Choqués par ce véritable massacre au milieu de la voie publique, des riverains du quartier ont prévenu les secours et les forces de l’ordre. “Venez vite, venez vite, ils sont en train de le tuer!” ont supplié les témoins.

Bien que secouru rapidement par les pompiers et le SAMU après la fuite des agresseurs, la victime a été hospitalisée sur Lyon dans un état extrêmement grave et n’a pu survivre finalement à ses importantes blessures à la tête. Elle a été déclarée morte dimanche.

Le parquet de Vienne a été saisi de cette affaire et a ouvert une enquête pour homicide volontaire. Les investigations sont menées par les gendarmes de la section de recherches de Grenoble. La piste d’un crime sur fond de trafic de stupéfiants est largement privilégiée.

En effet, ce lynchage s’est produit sur un important point de deal de la commune et la victime était très défavorablement connue de la justice, notamment pour des faits de violences et de trafic de stupéfiants. Le “jeune” venait de purger 18 mois de prison.

Il est à noter que les enquêteurs ont le plus grand mal à identifier les auteurs de ce crime sauvage malgré les nombreux témoins. Les habitants du quartier seraient effrayés à l’idée de devoir “balancer” les coupables et d’en subir des représailles.

Sources: Le Progrès/ Le Dauphiné Libéré/ Actu Lyon

 

 

 

LAISSEZ UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici