Un vrai héros de la vraie vie! Un bistrotier contre le pass sanitaire

La statue du roi français Louis IX, dit Saint-Louis, héros de la chrétienté à Saint-Louis dans le Missouri/Wikimedia Commons
La statue du roi français Louis IX, dit Saint-Louis, héros de la chrétienté à Saint-Louis dans le Missouri/Wikimedia Commons

Les vrais héros ne sont pas des personnages de roman, ni de film, ni de BD. Ils sont de vraies personnes de la vraie vie. Ils sont humbles, ils travaillent, ils se taisent. Et, quand il faut s’opposer, ils s’opposent, avec calme et détermination, jusqu’au bout.

Ils sont prêts à tout perdre au nom de ce qu’ils ont de plus cher: leur liberté et leur âme. Ce bistrotier opposé au pass sanitaire est un de ces hommes. Il est de la race des gens qui sauvent le monde.

C’est décidé et c’est définitif: il n’appliquera pas, dans son bistrot, les règles du pass sanitaire. Il n’a pas peur de le dire, et il est prêt à en payer le prix.

“Je suis bistrotier, pas contrôleur”, explique-t-il. Il a raison. George Orwell écrivait: “La liberté, c’est la liberté de dire que deux et deux font quatre.” Ce bistrotier est libre.

“C’est une question de principe”, ajoute-t-il. Là aussi, il a raison. Si l’on n’a pas de principes, de valeurs que l’on place au-dessus de soi, le jour où la tyrannie frappe à la porte, on n’est rien. Pire: on est un moins que rien.

“On est des adultes, on n’a pas besoin d’être punis!” Là encore, il a raison. L’État veut nous faire croire que nous sommes des cancres incapables d’affronter un virus, mais c’est faux, absolument faux. Nous sommes dignes et libres… tant que nous nous battons pour notre dignité et notre liberté. Sinon, nous devenons des esclaves volontaires, des figurants, des zombies.

“Il faudrait que je fasse la police, mais ce n’est pas mon métier: je ne suis pas assermenté pour vérifier les papiers des gens, je ne suis pas juge!” Voilà un individu qui refuse de devenir un petit chef au service de la tyrannie, un délateur, un collabo, un kapo. Il résiste à la tentation totalitaire. Bravo.

Et s’il se fait repérer par les sbires du pouvoir? “S’il le faut, j’ai déjà provisionné 45.000 euros pour l’amende et je prépare ma valise pour la prison.” Applaudissons ce courage!

Cher Monsieur, vous avez toute notre admiration. Oui, vous êtes héroïque. Vous êtes un exemple, un symbole, un flambeau. Et, s’ils vous punissent, qu’une honte impitoyable s’abatte sur les agents de l’État.

Source citations: Le Figaro

LAISSEZ UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici