La droite américaine tente de frapper l’esclavage chinois

Image d'illustration / Photo: Fotolia
Image d'illustration / Photo: Fotolia

Le 14 juillet, le Sénat américain a adopté une loi sur la prévention du travail forcé des Ouïghours, qui vise à bloquer les importations de produits chinois faisant appel au travail forcé dans la région du Xinjiang, où les autorités communistes détiennent plus d’un million d’Ouïghours et d’autres minorités ethniques.

Les détenus y sont soumis à des tortures physiques et mentales, l’objectif ultime de Pékin étant de les forcer à renoncer à leur culture et à se conformer à l’idéologie du Parti communiste chinois.

Dans une déclaration, le sénateur républicain Marco Rubio a indiqué que le projet de loi envoie à Pékin et aux entreprises internationales qui tirent profit du travail forcé le message que de telles actions ne seront plus tolérées. Insistant sur le fait que “nous ne pouvons plus attendre”, le sénateur a demandé à ses collègues de la Chambre d’adopter le projet de loi afin qu’il puisse être envoyé au Président Joe Biden et être promulgué.

“Nous ne fermerons pas les yeux sur les crimes contre l’humanité perpétrés par le PCC et nous ne laisserons pas les entreprises profiter de ces horribles abus. Une fois que ce projet de loi aura été adopté par la Chambre et signé par le Président, les États-Unis disposeront de plus d’outils pour empêcher les produits fabriqués avec du travail forcé d’entrer dans les chaînes d’approvisionnement de notre pays.” a déclaré Marco Rubio.

Une initiative qui peut sembler intéressante dans le cadre de la lutte des démocraties occidentales contre le communisme chinois, mais qui pose tout de même un grave problème: le système concentrationnaire chinois n’est pas limité au Xinjiang, ni réservé aux Ouïghours. D’innombrables autres régions de la Chine, et d’innombrables autres peuples, sont touchées par l’esclavage carcéral: la loi créée par Marco Rubio risque de les faire sombrer dans l’oubli, au profit des seuls Ouïghours et au détriment de tous les autres. Et cela arrangerait les affaires de Xi Jinping.

D’autant qu’il est permis de se demander comment les USA vont s’y prendre pour différencier les produits fabriqués dans le Xinjiang de ceux fabriqués dans les camps d’autres régions chinoises.

Et si ce projet de loi était un pur et simple coup d’épée dans l’eau?

Source: Vision Times

LAISSEZ UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici