Accusée d’avoir soudoyé un témoin accusant Sarkozy, Mimi Marchand est remise en liberté

Mimi Marchand en compagnie de Brigitte Macron/DR
Mimi Marchand en compagnie de Brigitte Macron/DR

Proche du couple Macron, Michèle Marchand, qui dirige l’agence de paparazzi BestImage, a été remise en liberté ce mercredi, après un mois de détention provisoire, accusée notamment de “subornation de témoin” dans l’affaire des soupçons de financement libyen de la campagne présidentielle 2007 de Sarkozy.

Mimi Marchand, âgée de 74 ans, avait été incarcérée le 18 juin pour n’avoir pas respecté son contrôle judiciaire. En effet, une écoute téléphonique a révélée que cette figure de la presse people avait parlé le 9 juin avec le paparazzi Sébastien Valiela, en violation de l’interdiction édictée par les juges depuis sa mise en examen.

“Michèle Marchand a pu longuement s’expliquer lors d’un nouvel interrogatoire et les juges d’instruction ont fait droit à sa demande de mise en liberté”, s’est félicitée son avocate, Me Caroline Toby.

Les magistrats du pôle financier du tribunal de Paris soupçonnent que la suspecte rétraction de Ziad Takieddine, survenue en novembre dernier, a pu être été achetée ou du moins téléguidée de manière frauduleuse. L’homme d’affaires réfugié au Liban, avait renié cette rétraction, soutenant que ses propos avaient été “déformés” par Paris Match.

Dans cette enquête, quatre autres personnes sont mises en examen. Les enquêteurs s’interrogent sur l’intensité des échanges, autour de l’interview où Takieddine s’était rétracté, entre d’un côté Mimi Marchand et le directeur de Paris Match Hervé Gattegno ; et de l’autre, entre ce dernier, Nicolas Sarkozy et son avocat Thierry Herzog.

Source: AFP

LAISSEZ UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici