Pass sanitaire: la Chine montre ce que va devenir la France

Photo/CBN/DR
Photo/CBN/DR

Depuis le début de la pandémie, les méthodes totalitarisme chinois inspirent les États des pays démocratiques, asphyxiant progressivement et implacablement les Droits Fondamentaux.

Ce phénomène de destruction méthodique de la liberté touche l’Occident en général, et la France en particulier. Mais nous n’avons encore rien vu. Bien pire est à venir.

“Interdits d’université, d’hôpital ou de supermarché… Des millions de Chinois sont menacés d’être mis au ban de la société s’ils ne sont pas vaccinés contre le Covid-19, selon des directives adoptées par une vingtaine de collectivités locales”, annonce Le Figaro.

“Plusieurs villes et comtés tentent d’imposer la vaccination à leurs habitants. Une démarche qui pourrait annoncer des mesures prises au plan national. Dans le Yunnan, la ville de Chuxiong (510.000 habitants) a ainsi annoncé mercredi 14 juillet au soir que tous les citoyens de plus de 18 ans devraient avoir reçu au moins une dose de vaccin avant le 23 juillet.”

Mais ici, Le Figaro pèche par naïveté. En effet, on connaît le communisme: il re se repose jamais. Tant qu’il y a de nouvelles libertés à détruire, il avance. Il faut donc remplacer “une démarche qui pourrait annoncer des mesures prises au plan national” par “une démarche qui annonce évidemment des mesures prises au plan national”. Et l’on peut même ajouter “au plan international”, car, depuis lundi, la France emprunte la même voie, et au grand galop.

La Figaro précise: “Les récalcitrants “ne seront pas admis dans les lieux publics tels que hôpitaux, maisons de retraite, écoles, bibliothèques, musées, prisons ou transports publics”, a averti la mairie. Un mois plus tard, seules les personnes ayant reçu deux injections pourront accéder à ces lieux.”

La mention des prisons fait peur. On risque fort de voir une recrudescence de condamnations à mort en Chine, pays qui exécute déjà plus de prisonniers par an que tous les autres pays additionnés.

Le système de Crédit Social mis en place en Chine par Xi Jinping, consistant à épier les faits et gestes de chaque citoyen et à lui attribuer une note, les cancres étant inexorablement changés en non-citoyens, donc en sous-hommes, se répand insidieusement chez nous, mille fois plus dangereux que le plus dangereux des variants du Coronavirus.

Source: Le Figaro

En mai 2020, FL24 était le premier et le seul média français à vous annoncer ce qui nous attendait. Ci-dessous, un article à lire absolument.

Et si le monde n’avait jamais été aussi communiste qu’aujourd’hui?

LAISSEZ UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici