Article-choc! Un nouveau collabo est né: le vacciné

Image d'illustration / Photo: Pixabay
Image d'illustration / Photo: Pixabay

Radu Portocala est un ancien dissident roumain. La terreur totalitaire, il connaît par cœur. Aujourd’hui installé en France, il analyse dans Politique Magazine la tyrannie sanitaire mise en place par Emmanuel Macron, lundi dernier.

Et il montre magistralement du doigt un nouveau monstre, un nouveau délateur, un nouveau collabo: le vacciné hystérique.

“Après seize mois de maladie, après les innombrables errances des restrictions et libérations conditionnelles, les gouvernements ont mis au monde une nouvelle religion: la vaccination. Cette croyance inédite se construit sur la base d’une sorte de lutte de classe: les vaccinés, avatar hygiéniste du prolétariat de Marx, se lèvent contre les non-vaccinés, réincarnation des bourgeois exploiteurs. Le pouvoir incite au ressentiment, l’utilise et en abuse à ses fins, fait naître des haines qui n’osent dire leur nom, mais qui, pourtant, en sont.”

Admirable description de la situation! On sent que l’ex-victime de la terrible Securitate maîtrise son sujet.

“Au plus bas échelon de cette construction se trouve le vacciné radical, celui qui, comme dans les affaires de désinformation montées par les services secrets, est utilisé comme caisse de résonance de la propagande officielle. Il est porteur de l’injonction venue d’en haut et, avec un peu de chance pour ses manipulateurs, il devient fanatique d’une cause qu’il ne comprend que très imparfaitement.”

Oui, on les voit partout depuis lundi soir, dans les partis, dans les médias, mais aussi dans les rues: les vaccinés lyncheurs.

“Il est, sans s’en rendre compte, la victime de l’exploitation de cette peur insoutenable qui lui a été induite. De la part du pouvoir, il s’agit d’une réussite notable, mais non moins perverse. Le vacciné radical démontre ainsi qu’avec un minimum d’habileté, tout peut lui être imposé, et qu’il prend cette imposition pour l’expression libre de son choix.”

Il se soumet totalement, corps, veines et âme, mais à une condition: que l’on punisse le plus durement possible les récalcitrants.

“Le vacciné radical, qui mène avec de plus en plus de vigueur la lutte de classe, est prêt à tout. Prêt, en premier lieu, à accepter et soutenir toute forme d’exclusion des autres, ses ennemis qu’il traite d’imbéciles égoïstes et voudrait les voir enfermés dans des goulags sanitaires. Il est prêt, pour cela, à les dénoncer, quitte à le faire anonymement. De voir se constituer des fichiers et autres systèmes de surveillance le met en joie. Apôtre intransigeant ayant reçu la vérité absolue, il lutte pour que le droit de douter soit interdit aux autres.

Le vacciné enragé ne veut pas seulement interdire la liberté des non-vaccinés: il veut abolir leur conscience, car elle dénonce sa lâcheté de petit délateur aigri.

“Il est, surtout, prêt à abandonner toute logique, à s’interdire la pensée au nom de sa sécurité médicale, qui n’existe que parce qu’elle lui a été promise par les gouvernants, les personnalités et les journalistes. Sans se rendre compte, il met en place un système de prophylaxie sociale dont les gouvernants se félicitent parce qu’ils pourront s’en servir dans nombre d’autres occasions.”

Effectivement, la question n’est désormais plus du tout sanitaire: elle concerne, menace, ronge et torture nos droits les plus fondamentaux.

“Comme le collaborateur d’autrefois, que ce fût du parti répressif et de son service secret en Union soviétique, ou des forces militaires d’occupation, ailleurs, le vacciné radical ruine la société, et il le fait avec conviction et enthousiasme. Est-il conscient de sa condition? Non, car la peur qu’on lui distribue jour après jour l’aveugle. Et, comme toujours, le collaborateur de bonne foi est le plus dangereux, le plus nuisible.”

L’affreux collabo sans mauvaise conscience! Le collabo qui dort sur ses deux oreilles. Le collabo que n’empêchent nullement de dormir, la nuit, traversant furtivement la ville silencieuse, les trains de marchandises. Ce collabo-là est de retour.

“Ce qu’ils se sont laissé imposer, ils veulent le voir imposé à tous. Au nom de ce qu’ils pensent être leur choix (et qui n’en est pas un, parce qu’il leur est venu par la manipulation de la peur, et parce qu’ils ont accepté l’idée de la solution unique, donc de l’absence de choix), au nom, donc, de ce non-choix qu’ils espèrent salvateur, ils veulent voir abolie la liberté des autres de choisir. Mais quand un groupe croit avoir fait un choix, quand il est persuadé que celui-ci est le meilleur, et quand il exige qu’il soit dicté à tous, c’est que la société, et non sa direction politique, est devenue totalitaire. Intolérable, invivable, elle est désormais vouée au suicide moral.”

Totalitaire”: le mot est lancé. Quand un roumain, autrefois pris pour cible par Ceaucescu, associe ce terme à la France, il faut l’écouter avec la plus grande inquiétude.

Merci, Radu Portocala, pour votre article salutaire. Il était temps que ces prédateurs d’un genre nouveau, et qui grouillent parmi nous depuis quelques jours, soient confrontés à votre lumière. Et merci à Politique Magazine pour cet article qui fera date, à partager d’urgence.

Source: Politique Magazine

1 COMMENTAIRE

  1. Les seuls hystériques que je connaisse sont les antivax!
    En fait ceux qui refusent le vaccin même s’ils ne sont pas antivax, c’est parce qu’ils ont la trouille. Or, la peur est un sentiment irraisonné et on voit bien que les arguments qu’ils utilisent sont totalement irrationnels (trop tôt? pas assez de recul ? Effets à long terme ? phase 3 non terminée etc…) Aucun de ces arguments ne résiste à une analyse rationnelle et certains sont absolument faux (phase 3 terminée sinon le vaccin n’est pas autorisé) mais on ne les convaincra pas par la raison.

    Il n’y a que deux moyens : la valeur de l’exemple (il y a plus d’un milliard de personnes vaccinées dans le Monde) ou créer chez eux une peur plus grande et en fait seul ce second moyen peut être efficace rapidement. Que les antivax ne se fassent pas vacciner à titre personnel, on verra bien ce qui arrivera, mais qu’ils arrêtent de faire leur cinéma à usage des autres et d’inciter les plus faibles ou les plus crédules à ne pas se faire vacciner (énorme responsabilité). Ils sont très minoritaires Plus de 50% de la population totale a enclenché sa vaccination, mais cela représente en fait plus de 60% des personnes de 12 ans et plus et une proportion encore plus grande des plus de 18 ans qui ont le droit de vote.

    Demandez-vous POURQUOI les antivax font tant de bruit alors qu’ils sont très minoritaires ?
    – Pour se défouler ?
    – Pour essayer de faire croire qu’ils sont utiles à quelque chose bien que la vie les ait déjà mis sur une voie de garage ?
    – Pour tenter de se rassurer en voyant qu’ils ne sont pas seuls à avoir les foies et tourner de l’oeil devant la seringue ?
    – Pour faire ch… macron ?

    Le taux de vaccination augmente en flèche chez les jeunes. Normal, puisque désormais, tous les sujets fragiles et tous les anciens sont vaccinés.

    Les vieux nocs séniles aboient, la vaccination passe.

LAISSEZ UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici