Ces effroyables échanges entre les djihadistes révèlent pourquoi ils ont ciblé le père Hamel

Le père Hamel, martyr chrétien/Twitter
Le père Hamel, martyr chrétien/Twitter

“Récupérés et reconstitués” par la DGSI, ces échanges entre les djihadistes publiés par l’hebdomadaire La Vie, expliquent comment les terroristes ont choisi d’assassiner de 18 coups de couteau le père Hamel, dans son église de Saint-Étienne-du-Rouvray le 26 juillet 2016.

Un des assassins, Abdel-Malik Petitjean, fraîchement fiché S, cherche auprès du commanditaire de l’État islamique Rachid Kassim, un futur lieu à attaquer: “Une synagogue, c’est bon?”

“Tout est bon”, répond son supérieur, mais il explique ne pas vouloir “se focaliser sur les juifs”, “parce qu’ils ont tendance à se servir de ça pour faire leurs petites manipulations” et que “les gens pensent tout de suite au conflit israélo-palestinien”.

Le djihadiste préfère cibler “les trucs de sheitanerie, genre boîte de nuit, des trucs comme ça”, ou des “terrasses de café”. Comme avec les attentats du 13 novembre 2015, qui ont frappé la liberté de vivre. Petitjean affirme avoir fait des repérages, mais c’est finalement Adel Kermiche, l’autre auteur de l’attentat contre l’église, qui décidera de la cible.

En clair, le père Hamel est mort en martyr car les djihadistes avaient la volonté délibérée de faire un carnage dans une église, pour rappeler aux chrétiens que le djihad ne se limite pas à leur haine des Juifs, et qu’après le samedi, vient toujours le dimanche.

Source: Le Point

1 COMMENTAIRE

LAISSEZ UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici