Un milliardaire britannique politiquement incorrect: les Black Lives Matter ont créé encore plus de racisme

John Caudwell / Photo: DR
John Caudwell / Photo: DR

John Caudwell, un homme d’affaires milliardaire britannique, a dénoncé la discrimination positive comme étant “dangereuse pour la société”. Il a aussi affirmé que le mouvement Black Lives Matter a créé “encore plus de racisme”.

Je ne suis pas très enthousiaste à l’idée de rééquilibrer la société par des quotas“, a déclaré John Caudwell, le fondateur d’une chaîne britannique de magasins de téléphones portables, Phones 4u.

Je pense que le meilleur doit toujours gagner, qu’il soit noir, blanc, homme ou femme“, a déclaré John Caudwell, dont la fortune est estimée à 2,5 milliards d’euros.

La discrimination positive ne me plaît pas. Je pense que la discrimination positive est dangereuse pour la société“, a-t-il déclaré à la Times Education Commission, une étude d’un an visant à déterminer si un “changement radical”, dans le sens gauchiste, bien sûr, est nécessaire dans l’éducation britannique.

La discrimination positive conduit au ressentiment et j’en ai été témoin à plusieurs reprises“, a-t-il insisté. avant de s’en prendre au mouvement raciste anti-Blancs Black Lives Matter. “A-t-il amélioré la cause des Noirs ou a-t-il provoqué plus de ressentiment et plus de racisme? C’est un bon débat à faire.

Je ne suis pas pour la discrimination positive, mais pour créer des opportunités autant que faire se peut pour les gens“, a-t-il ajouté.

Malgré ses critiques, John Caudwell a concédé qu’il comprenait la genèse de ces idées, suggérant que ce système pourrait fonctionner dans des circonstances extrêmes.

Je comprends qu’il y a des périodes et des pays où cela peut être bénéfique, par exemple après l’apartheid en Afrique du Sud“, a-t-il déclaré.

John Caudwell a également critiqué le système éducatif britannique pour avoir “lavé le cerveau” des enfants en leur faisant croire qu’ils avaient besoin d’un diplôme pour trouver un emploi, et pour les avoir poussés à entrer à l’université dans le seul but de “les sortir du chômage“.

Source: Times of London

LAISSEZ UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici