VIDEO. Le président haïtien tué par des commandos étrangers professionnels bien entraînés

Jovenel Moïse / Photo: Wikimedia Commons
Jovenel Moïse / Photo: Wikimedia Commons

L’assassinat audacieux du président haïtien Jovenel Moïse à son domicile, dans la banlieue de Port-au-Prince, a été perpétré par des “commandos professionnels bien entraînés” qui avaient peut-être déjà fui le pays, a déclaré mercredi l’ambassadeur du Haïti aux États-Unis.

Une vidéo montre des coups de feu et des hommes armés devant la maison où le président haïtien a été assassiné.

Le président, âgé de 53 ans, a été tué et son épouse, la première dame Martine Moïse, a été blessée lorsque le groupe de tueurs a pris d’assaut leur domicile vers 1h00 du matin, heure locale.

Bocchit Edmond, ambassadeur haïtien États-Unis, a déclaré aux journalistes que les tueurs non appréhendés sont des “commandos professionnels bien entraînés” et des “mercenaires étrangers” qui ont essayé de se faire passer pour des agents de l’agence américaine antidrogue DEA (Drug Enforcement Administration).

Les officiels ont décrit les tueurs comme parlant espagnol et anglais, alors que le français et le créole haïtien sont les langues prédominantes du pays.

Même si le Premier ministre par intérim Claude Joseph ait rapidement imposé un état de siège, fermant les frontières d’Haïti et promulguant la loi martiale, il est possible que les meurtriers aient déjà fui le pays, soit par voie terrestre en République dominicaine, soit par bateau.

La première dame, âgée de 47 ans, est dans un état stable mais critique, a déclaré Bocchit Edmond. Elle devrait être transférée d’Haïti à Miami pour une meilleure prise en charge.

Haïti a demandé l’aide des États-Unis dans le cadre de l’enquête, selon l’ambassadeur.

L’assassinat menace Haïti d’une nouvelle vague de bouleversements, alors que le pays est déjà confronté à une pauvreté extrême, à la montée de la violence des gangs et à la pandémie de Covid-19, ainsi qu’aux troubles politiques existants.

Jovenel Moïse, un exportateur de bananes devenu politicien, élu président en 2017, gouvernait par décret depuis janvier 2020 après avoir échoué à organiser des élections, et faisait face à des accusations de l’opposition selon lesquelles il tentait d’instaurer une dictature.

Son assassinat est survenu un jour après qu’il ait nommé le neurochirurgien Ariel Henry pour remplacer Claude Joseph au poste du Premier ministre, et deux mois seulement avant la tenue des élections parlementaires et présidentielles, longtemps retardées.

Source: AP/ YouTube

LAISSEZ UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici