Sauvé par la loi du silence? L’acquittement requis pour Bagui, le frère d’Adama Traoré

Bagui Traoré/DR
Bagui Traoré/DR

“Je ne suis pas là pour faire des hypothèses, je n’ai pas de preuves. Et quand on n’a pas de preuves, on en tire les conséquences”, a lâché l’avocate générale Ingrid Gorgen, qui a ainsi requis l’acquittement de Bagui Traoré, soupçonné d’avoir déclenché des émeutes après la mort de son frère Adama en 2016.

En revanche, selon l’accusation, trois autres accusés ont bien tiré à l’arme à feu lors des nuits d’émeutes, avec l’intention de tuer des policiers. Les avocats généraux ont requis contre deux d’entre eux 12 ans de réclusion criminelle, et 8 ans d’emprisonnement pour le troisième.

“Il y avait une logique de snipers, de tireurs isolés, de tirs de fixation, de contournements. Et quand on contourne, Monsieur le président, Mesdames et Messieurs les jurés, c’est pour se rapprocher, c’est pour flinguer”, a rappelé le parquet. Les policiers ne doivent leur vie ce soir-là, qu’à leur gilets pare-balles et leur prudence.

L’accusation a aussi demandé 3 mois de prison ferme pour la compagne de Bagui Traoré pour subornation de témoin. Les avocats des forces de l’ordre parties civiles, ont dénoncé la “loi du silence” dans la cité qui a entravé l’instruction et le procès. Une omerta si forte que l’accusation n’a pu argumenter que sur la base des écoutes téléphoniques.

Malgré le danger présenté par les tirs d’armes à feu au cours des émeutes, les forces de l’ordre n’ont pas riposté avec leurs armes pour préserver la “paix sociale”.

Source: AFP

LAISSEZ UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici