Quelques heures à peine après le retrait américain, la base aérienne de Bagram est entièrement pillée

Le pilleur avec son butin / Photo: DR
Le pilleur avec son butin / Photo: DR

Les forces américaines ont quitté l’aérodrome de Bagram en Afghanistan au cours du week-end sans prévenir le commandant envoyé par le gouvernement de Kaboul, ce qui a donné aux pillards un temps précieux pour s’emparer de tout ce qui n’était pas verrouillé, comme le montrent des photos choquantes.

Les États-Unis ont annoncé vendredi qu’ils avaient quitté Bagram dans le cadre d’un retrait définitif qui, selon le Pentagone, sera achevé à la fin du mois d’août. Cet aérodrome, le plus grand d’Afghanistan, a été le pivot de la guerre menée pendant 20 ans par les États-Unis pour chasser les talibans, traquer Oussama ben Laden et maintenir en place le fragile gouvernement pro-occidental.

Cependant, ils ont apparemment oublié de le dire aux Afghans, coupant l’électricité dans les 20 minutes suivant leur départ et plongeant la base dans l’obscurité. Ce fut le signal de départ pour les équipes de pillards qui ont défoncé la porte nord et saccagé les baraquements avant que les forces de sécurité qui patrouillaient dans le périmètre ne parviennent à les déloger.

“Au début, nous avons pensé qu’il s’agissait peut-être de talibans”, a déclaré un militaire, à propos des pilleurs.

Les forces américaines ont appelé depuis l’aéroport international de Kaboul, à une heure de route au sud de Bagram pour informer leurs homologues afghans qu’elles avaient quitté la base.

Lundi, lorsque les forces afghanes ont ouvert l’aérodrome aux médias du monde entier, les soldats ramassaient encore des tas d’ordures, notamment des bouteilles d’eau vides, des canettes et des boissons énergétiques vides laissées par les pillards.

À l’extérieur des portes de la base, des ferrailleurs et des vendeurs ont été photographiés en train de vendre des articles laissés par les Américains sur le départ, notamment des ballons de basket, des vélos et des casques, des ventilateurs électriques, des casques anti-bruit et même du détergent pour le linge.

On estime que les Américains ont laissé derrière eux 3,5 millions d’objets, y compris des téléphones, des poignées de porte, des fenêtres, mais également des milliers de véhicules civils, dont beaucoup n’ont pas de clé pour les faire démarrer, et des centaines de véhicules blindés.

Les Américains ont également laissé derrière eux des armes légères avec leurs munitions, mais les troupes en partance ont emporté les armes lourdes. Les munitions qui n’ont pas été transmises aux militaires afghans ont été détruites avant leur départ.

Les forces de sécurité afghanes héritent également d’une prison située sur le terrain de l’aérodrome, qui abrite environ 5000 détenus, dont un grand nombre de talibans.

Les forces de sécurité et de défense nationales afghanes pourraient conserver la base de Bagram, lourdement fortifiée, malgré de nouveaux revers face aux talibans. Dans le nord de l’Afghanistan, les districts sont tombés les uns après les autres aux mains des talibans, et des centaines de soldats afghans ont fui au Tadjikistan plutôt que de combattre les insurgés.

Source: AP

4 Commentaires

LAISSEZ UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici