Drame! Selon une étude, le confinement réduit les capacités physiques et intellectuelles des enfants

Image d'illustration / Photo: DR
Image d'illustration / Photo: DR

Selon une étude menée auprès de 90 élèves de CE1 et CE2 d’écoles de Vichy, dans l’Allier, et de Riom, dans le Puy-de-Dôme, en septembre 2019 et en septembre 2020, les effets des confinements successifs liés à la pandémie de Covid-19 sont préoccupants.

“Nous n’avons jamais vu ça. Des enfants sportifs, sans aucun problème de santé, aucun problème de poids, ont grossi de 5 à 10 kg, du fait de l’arrêt de la pratique sportive. Et tous n’ont pas repris l’activité physique“, affirme Martine Duclos, chef du service de médecine du sport au CHU Clermont-Ferrand.

La dirigeante de l’Observatoire national de l’activité physique et de la sédentarité (Onaps), coordonne ce travail dont les résultats préliminaires viennent d’être publiés: en un an, l’indice de masse corporelle (IMC, poids divisé par la taille au carré), reflet de la corpulence, a augmenté en moyenne de 2 à 3 points.

Lors du test navette, une épreuve classique consistant à courir de plus en plus vite d’un plot à un autre sur 10 m, des enfants de 7-8 ans “déjà très essoufflés, n’arrivaient pas à atteindre le premier plot avant le premier bip”, décrit le professeur Duclos.

Pire encore, leurs capacités cognitives auraient baissé d’environ 40%. L’équipe du CHU de Clermont-Ferrand a notamment eu recours à un test consistant à relier les lettres aux chiffres correspondants dans l’ordre alphabétique, dans un temps imparti.

En septembre 2019, tous les écoliers y étaient parvenus dans le temps limite. Un an plus tard, un grand nombre n’a pas terminé. “Un an de confinement a été catastrophique, à un moment essentiel de plasticité neuronale”, conclut-elle.

Des résultats d’autant plus inquiétants que la situation antérieure n’était déjà pas franchement brillante: avant la pandémie, en France, 87% des adolescents de 11 à 17 ans ne respectaient pas l’heure quotidienne d’activité physique préconisée par l’OMS. Et pendant le premier confinement, seulement 0,6% d’entre eux ont atteint ce seuil…

Source: Le Figaro

Les médecins tirent la sonnette d’alarme: le confinement est mortel pour les enfants

Méfaits du confinement chez les enfants: 70% sont atteints de troubles et d’angoisses

LAISSEZ UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici