Toujours plus de socialisme! Bientôt un chèque bureau pour financer le confort du télétravail?

Image d'illustration / Photo: Pixabay
Image d'illustration / Photo: Pixabay

Dans une tribune publiée dans le JDD , plusieurs figures de gauche, syndicalistes, ou encore de grands patrons proche de l’État, veulent obliger les entreprises à financer le confort des télétravailleurs, pourtant déjà bien avantagés par cette opportunité qui leur permet ainsi d’éviter de perdre du temps dans les transports.

“À l’image des tickets-restaurants ou des chèques vacances, financés par l’employeur et utilisables par le salarié, nous proposons un “chèque bureau” universel avec lequel les salariés pourraient payer l’accès à un tiers-lieu ou un espace de coworking et utiliser ses installations”, osent les signataires, qui prennent les entreprises pour des vaches à lait.

Un privilège “cofinancé par l’État et les collectivités locales pour permettre au salarié de travailler dans le bureau de proximité de son choix”, et dont les partisans précisent qu’ils souhaitent que le comité social et économique (CSE) des entreprises puisse aussi participer au financement. En clair: pour augmenter le coût du travail, ce qui va favoriser le chômage.

Une véritable imbécillité que l’on doit à l’ancienne ministre du Travail Myriam El Khomri ou Benoît Hamon (Générations), mais aussi à l’ancien secrétaire général de Force ouvrière, Jean-Claude Mailly, l’actuel secrétaire général de l’Unsa, Laurent Escure, ou encore Louis Gallois, ancien patron notamment d’EADS, de la SNCF et de PSA.

Source: AFP

1 COMMENTAIRE

  1. JLC, pas d’accord avec vous : S’il est vrai que les employés en télétravail y trouvent effectivement des avantages : Moins de stress, une meilleure qualité de vie, plus besoin d’enfiler des habits de circonstance, on bosse en short et en chaussettes, 2h de transport gagnés par jour, mais le boulot est fait et l’employeur y trouve également largement son compte : Des locaux et des bureaux à louer en moins, factures d’électricité et de chauffage en nette réduction, des gens toujours à l’heure au boulot (plus de retards liés aux embouteillages, travaux et autres accidents), une bien meilleure productivité (disparition du phénomène “caméra café”), tout ça vaut bien un bon siège (que l’employé aurait de toutes façons eu a son bureau dans les locaux de l’entreprise), un ordi et une imprimante, non ?
    Je bosse depuis 20 ans en télétravail, et ni mon patron ni moi ne sommes de gauche !!

LAISSEZ UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici