Les syndicats décident de pourrir la vie de nos bacheliers par une grève le jour des épreuves

Image d'illustration/DR
Image d'illustration/DR

Privés par la crise sanitaire de leur occupation favorite d’emmerder les Français, les syndicats reviennent en force. Ils ont décidé de pourrir la vie des bacheliers en lançant une grève des transports le jour des épreuves de l’oral de français et du grand oral du baccalauréat.

Le trafic sera perturbé en Ile-de-France lundi, suite à une grève régionale, notamment sur les lignes C, D et E du RER ainsi que sur le réseau du Transilien, a annoncé la SNCF dimanche.

Le service sera normal pour les lignes A, B, H, K, T. Il y aura un train sur deux sur les lignes J, L et U; un train sur trois avec desserte de tous les axes pour les lignes C, E, N.

Un train sur trois roulera sur la ligne D, mais avec interconnexion suspendue entre Châtelet et Gare de Lyon. La desserte des gares au départ de Corbeil pour Juvisy via Ris-Orangis, Malesherbes et Melun sera assurée en bus.

Il y aura également un train sur trois pour les lignes P et R, avec là aussi une partie des gares desservies par des bus.

Autant dire que les bacheliers devront prévoir une, voire deux heures de plus pour leurs trajets, sans parler du stress et des conditions pénibles des transports de substitution.

La SNCF fait savoir que des “gilets rouges” sont mobilisés pour informer et aider les élèves candidats aux épreuves du bac.

En cas de problème, ils “doivent se présenter auprès des agents SNCF en gares ou à bord“, et “en fonction de l’aléa et du contexte, ceux-ci peuvent être amenés à trouver un moyen de substitution aux candidats“.

La “SNCF informe par ailleurs les rectorats des éventuelles conséquences en cas de perturbations. En fonction, les rectorats peuvent accepter un léger retard des candidats“, précise-t-elle dans son communiqué.

La compagnie ferroviaire “invite les personnes ayant prévu de se déplacer en train en Ile-de-France lundi de reporter dans la mesure du possible leur trajet“.

Les conducteurs de RER et trains de banlieue sont appelés à cesser le travail par plusieurs syndicats, notamment le SUD-Rail, particulièrement extrémiste, rejoint par la CGT, l’Unsa et la CFDT.

Cet appel à la grève relaie des revendications pas trop précises et changeantes selon tel ou tel syndicat, mais leur point commun “c’est l’ouverture à la concurrence” et les réorganisations déjà opérées en vue des futurs appels d’offres.

L’ouverture à la concurrence, en attendant la privatisation, est la seule solution pour sauver ce mastodonte étatique qui coûte au contribuable français des dizaines des milliards tous les ans.

Source: AFP

1 COMMENTAIRE

  1. En faisant gréve le jour des épreuves du Bac , les syndicats de la SNCF démontrent bien que ce ne sont que des égoïstes qui veulent protéger leurs privilèges .
    L’avenir des jeunes ne les intéresses absolument pas .

LAISSEZ UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici