Le genou en terre avant les matches: une manipulation abjecte

Image d'illustration / Photo: Fotolia
Image d'illustration / Photo: Fotolia

Quand les Belges mettent un genou en terre contre la Russie à Saint-Petersbourg, le public russe les siffle. Quand les Anglais mettent un genou en terre contre la Croatie à Londres, le public les siffle. Quand les bleus mettent un genou en terre contre le Pays de Galles à Nice, d’innombrables internautes français les sifflent sur les réseaux sociaux.

Bref: mettre un genou en terre avant un match de foot est de moins en moins à la mode. Si cela flatte évidemment l’égo très neuneu des joueurs les plus gauchistes, cela dessert également leur image de marque, donc leurs comptes en banque. Ça les fait soudain réfléchir.

Mettre un genou en terre pour protester contre le “racisme systémique” est un geste né aux États-Unis, dans le milieu du football américain (celui qui se joue avec les mains), à la faveur de la vague d’émeutes #BlackLivesMatter. C’est un rituel ouvertement politique, et même idéologique: officiellement antiraciste, mais secrètement anti-occidental.

Car le racisme dénoncé par le genou en terre des footballeurs d’ici et d’ailleurs, n’est jamais, même pas en rêve, le racisme anti-blanc. C’est toujours le même: celui de l’esclavage, des colonies, de Trump, de Le Pen, etc. Le racisme de droite: un racisme à 99% imaginaire, inventé de toutes pièces par les maoïstes américains et les trotskistes européens, et relayé aveuglément par des joueurs généralement incultes, avides de gloire facile, donc terriblement faciles à manipuler.

Et l’extrême-gauche n’est pas la seule à les manipuler! Car, nous apprend France Info, la plus haute instance du football européen, l’UEFA, les pousse à se radicaliser…

“L’UEFA ne condamne pas le fait de mettre un genou à terre pour dénoncer le racisme. Au contraire, elle l’encourage. Contactée par nos soins, l’instance explique qu’elle a“une tolérance zéro contre le racisme, par conséquent, tout joueur qui veut exiger l’égalité entre les humains en posant un genou à terre est autorisé à le faire”. Elle exhorte aussi les spectateurs à “faire preuve de respect envers les joueurs et les équipes qui font ce geste”. Elle déploie elle-même des banderoles “Non au racisme” lors de certains matchs et assume de lutter ouvertement contre les discriminations.”

En clair: les milliardaires en costume-cravate de l’UEFA incitent les milliardaires en short des vestiaires à se gauchiser toujours davantage, et cherchent à faire taire les peuples qui les critiquent. Ne déplaise à l’UEFA, les peuples n’aiment pas qu’on les traite de racistes, et ils le font savoir aux joueurs.

D’où des incidents diplomaties-sportifs en cascade. En Angleterre, les footballeurs se dressent contre leur public, dans une rébellion proprement suicidaire. Ils se disent “plus déterminés que jamais” à mettre un genou en terre avant le début des matches, a déclaré leur sélectionneur Gareth Southgate.

En France, les Bleus ont abandonné ce geste pour leur deuxième et magnifique match contre l’Allemagne. Didier Deschamps, dont le patriotisme ne fait guère de doute, leur a sans doute expliqué qu’ils n’étaient pas payés pour faire gagner des voix à Mélenchon. Il a gentiment noyé le poisson en conférence de presse: “La moindre petite chose, quoi qu’on fasse moi ou les joueurs, quoi qu’on dise, ça amène de l’interprétation. Il y a toujours de la récupération, dans un sens ou dans l’autre. Forcément, ce n’est pas quelque chose de bien. Il y a un tel climat que ça part dans tous les sens.” En clair: tout le monde a tort, donc on arrête les gamineries. Zéro partout, match nul.

La France va-t-elle s’agenouiller lors de son prochain match, face à la Hongrie? C’est peu probable. Les Bleus ont davantage envie de gagner l’Euro, et les millions qui vont avec, que le respect éternel, mais pas très rentable, des amis d’Assa Traoré.

Espérons que l’Équipe de France va définitivement cesser de servir de porte-drapeau aux gesticulations toxiques du gauchisme mondial. Elle a bien mieux à faire: gagner l’Euro. Les genoux, Messieurs, ça sert à courir vers le but adverse. Foncez.

Source cotations: France Info

Le photomontage qui fait mal à Benzema

LAISSEZ UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici