À l’unanimité, la Cour suprême des États-Unis administre une claque magistrale au lobby LGBT

Image d'illustration / Photo: Fotolia
Image d'illustration / Photo: Fotolia

Dans une autre grande victoire pour la liberté religieuse, la Cour suprême des États-Unis a décidé à l’unanimité, c’est-à-dire y compris les juges progressistes, que l’État ne pouvait pas fermer une agence d’adoption catholique qui refusait de transiger sur ses valeurs chrétiennes en livrant les enfants dont ils sont responsables aux gays.

La Cour suprême dit que le droit à la liberté religieuse prévaut sur les prétendus ‘droits LGBTQ’ en donnant raison à une agence catholique dans un procès qui l’opposait à la ville de Philadelphie qui avait refusé de placer des enfants en famille d’accueil auprès de l’organisation parce qu’elle n’acceptait pas de couples de même sexe comme famille d’accueil.

La décision, rédigée par le juge en chef conservateur John Roberts, mais voté à l’unanimité, est une victoire pour la liberté de conscience contre l’idéologie LGBT qui veut s’imposer par la force des tribunaux.

La Cour suprême a déclaré que le refus de la ville de Philadelphie d’avoir recours à l’agence catholique pour les services de placement en famille d’accueil, à moins qu’elle n’accepte de certifier les couples de même sexe, viole le premier amendement de la Constitution des États-Unis qui garantit le libre exercice de la religion. “Ce refus viole le premier amendement“, a écrit le juge Roberts dans son arrêt.

En imposant le choix “vous vous alignez sur les homos ou on ne bosse pas avec vous”, la ville de Philadelphie avait discriminé l’organisation catholique à cause de ses opinions religieuses et pour avoir suivi les enseignements de l’Église sur le mariage.

L’affaire, plaidée devant la Cour en novembre, opposait le puissant lobby LGBTQ à la liberté religieuse. Il s’agissait de l’une des premières affaires principales auxquelles a participé Amy Coney Barrett, nommée à la Cour suprême par l’ancien président Donald Trump, après avoir été confirmée par le Sénat américain en octobre.

Onze des 50 États américains autorisent actuellement les agences privées à refuser de placer des enfants auprès de couples de même sexe. Dans tous les autres, le lobby LGBT a réussi à imposer l’homosexualité obligatoire.

Sources: Lifenews/ AP

1 COMMENTAIRE

  1. Il y en marre des LGBT+…… qui veulent imposer leur façon de vivre aux restes de la population ; ce qui ce passe dans la chambre ne doit pas ressurgir dans la sphère publique , sur les lois des pays.

LAISSEZ UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici