“Le prochain virus pourrait tuer non pas trois, mais 30 millions de personnes”, avertit Mike Pompeo sur le labo de Wuhan

Mike Pompeo / Photo: Pixlr. Wikimedia Commons
Mike Pompeo / Photo: Pixlr. Wikimedia Commons

Dans l’émission Breitbart News Daily sur la radio SiriusXM, Mike Pompeo avertit que le laboratoire de Wuhan est toujours opérationnel. L’ancien secrétaire d’État de Donald Trump affirme que le prochain virus pourrait “tuer non pas trois millions, mais 30 millions de personnes“.

L’Institut de virologie de Wuhan est toujours opérationnel et entreprend probablement encore des recherches pour développer des Coronavirus plus mortels et contagieux, a déclaré l’ancien secrétaire d’État Mike Pompeo.

L’identification de l’origine du nouveau Coronavirus devrait être une priorité du gouvernement américain, tant du point de vue de la santé mondiale que de la sécurité nationale, a déclaré Mike Pompeo.

Son intervention, claire et limpide, mérite d’être connue par le lecteur français. Aucun média français n’en parlera. FL24 le fait pour ses lecteurs.

Alors que le monde commence seulement à envisager de nouveau l’hypothèse d’une fuite du Coronavirus du laboratoire de Wuhan, Mike Pompeo remarque que des “questions sans réponse” subsistent quant aux origines de l’épidémie. Il rappelle que le laboratoire de Wuhan est toujours en activité.

“Il n’y a pas de mesures de sécurité accrues à ma connaissance“, affirme-t-il. “Je suis sûr qu’ils y mènent toujours des recherches sur les virus, probablement des recherches sur le gain de fonction, rendant ces virus plus mortels et plus transmissibles. Ce risque n’a pas disparu. C’est un problème sérieux et urgent. Nous devons y faire face d’une manière adéquate “, dit-il avant de poursuivre.

“Je suis convaincu que nous parviendrons à la conclusion que l’épidémie provient du laboratoire de virologie, mais laissons cela de côté. Nous savons que le Parti communiste chinois a permis à ce virus de s’échapper de Wuhan. Il a permis à des gens de se rendre à Milan et à l’extérieur de la province du Hubei et nous a imposés ce virus qui a tué trois millions de personnes dans le monde. Les Chinois continuent de dissimuler la vérité aujourd’hui encore.”

Mike Pompeo a également parlé de la complicité et de la corruption politique de l’Organisation mondiale de la Santé qui, malgré son statut d’agence des Nations unies, a travaillé et travaille toujours pour la Chine.

“Nous avons quitté l’Organisation mondiale de la Santé“, rappelle-t-il une décision de Donald Trump qui a claqué la porte de l’OMS avant de retirer le financement américain. “Quelle blague de s’asseoir à côté d’eux lors d’une réunion et de les voir prétendre travailler en collaboration pour mettre fin aux pandémies, alors qu’en fait ils ont été les fournisseurs de la pandémie et l’ont couverte. La première chose à faire est donc de quitter l’OMS et d’exiger que le monde mette en place un système pour empêcher que cela se reproduise, en excluant le pyromane qui allume tous les incendies”.

Par mesure de rétorsion, Mike Pompeo propose d’imposer aux fonctionnaires du régime chinois, mouillés dans l’apparition du Coronavirus, un interdit de voyager aux États-Unis et de profiter du système américain.

Nous connaissons les décideurs au sein du Parti communiste chinois qui continuent à étouffer l’affaire. Nous devons faire tout ce qui est en notre pouvoir pour nous assurer que leurs enfants ne fréquentent pas nos écoles et que leurs femmes ne font pas leurs courses en Amérique. Ce sont des choses simples, mais je vous assure que ces dirigeants chinois veulent que leurs familles soient ici, aux États-Unis. Nous devrions leur refuser cela.”

“Nous devrions imposer des grosses sanctions aux dirigeants chinois qui ont permis que cela se produise, puis nous devrions également exiger que le monde s’unisse et impose des sanctions commerciales sévères aux Chinois jusqu’à ce qu’ils nous permettent de mener les recherches nécessaires pour déterminer qui était le patient zéro, et pour être sûr que ce laboratoire est propre maintenant“, a-t-il ajouté.

Mike Pompeo a poursuivi en déclarant que si l’origine de l’épidémie est liée “aux travaux militaires que les Chinois effectuent sur ce site, il y a encore plus de questions et de risques pour le monde.”

L’ancien bras droit de Donald Trump a aussi attaqué les médias de gauche. “C’est une chose quand le New York Times et le Washington Post se moquent de moi parce que j’avance une hypothèse basée sur la science. C’en est une autre de continuer à se cacher la tête dans le sable face à cette question importante“, c’est-à-dire l’origine de l’épidémie.

Et de conclure: “Nous devons comprendre comment on en est arrivé là, et nous devons empêcher le Parti communiste chinois de refaire cette mauvaise action qui pourrait la prochaine fois tuer non pas trois millions, mais trente millions de personnes.”

Sources: SiriusXM/ Breitbart

1 COMMENTAIRE

  1. puisque les américains sont quasi sûrs de ce qui ce trame dans ce labo, pourquoi ne peuvent ils pas aller le détruire purement et simplement ou faut il attendre qu’il y ait vraiment 30/40 millions d’humains ????

LAISSEZ UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici