Quatre djihadistes d’Abu Sayyaf recherchés pour décapitations et enlèvements tués par l’armée philippine

Les islamistes d'Abu Sayyaf / Photo: Capture d'écran YouTube
Les islamistes d'Abu Sayyaf / Photo: Capture d'écran YouTube

Les troupes philippines ont tué quatre djihadistes d’Abu Sayyaf au cours d’un échange de tirs, ce dimanche, dans le sud du pays, dont un commandant accusé de décapitations et un candidat à l’attentat suicide.

Les troupes de l’armée, soutenues par la police, devaient signifier un mandat d’arrêt à Injam Yadah à son domicile, après minuit, dans le village d’Alat, dans la province de Sulu, lorsque celui-ci et ses hommes ont ouvert le feu. Cela a déclenché une fusillade lors de laquelle les islamistes ont été tués, a déclaré le commandant militaire régional.

L’armée avait accusé Injam Yadah d’être impliqué dans les enlèvements contre rançon de Philippins et d’étrangers, dont huit pêcheurs indonésiens qui ont été enlevés en mer, au large de la Malaisie au début de 2020, et amenés dans le sud des Philippines.

Trois des Indonésiens ont été libérés, un a été tué par balle en tentant de s’échapper et quatre ont été secourus et libérés par les soldats philippins en mars.

Il avait la réputation d’être extrêmement violent, décapitant des civils innocents capturés ainsi que des membres des forces de sécurité“, a déclaré un commandant militaire à propos de Yadah.

Injam Yadah avait également été lié aux enlèvements de 2015 de quatre personnes, dont deux touristes canadiens. Les Canadiens ont été décapités séparément par leurs ravisseurs d’Abu Sayyaf, parmi lesquels Mujir Yadah, un frère d’Injam, après l’expiration d’un délai pour le paiement de la rançon.

Un autre militant d’Abu Sayyaf tué dans la fusillade de dimanche s’appelait Ali al-Sawadjaan, un fabricant de bombes et un kamikaze potentiel.

Les troupes ont saisi un fusil, un pistolet, des pièces de bombes et 15 téléphones portables. Ils ont également placé en détention la femme et les trois enfants de Yadah, a déclaré l’armée dans un communiqué.

Sawadjaan était le frère cadet du commandant d’Abu Sayyaf, Mundi Sawadjaan, principal suspect dans un certain nombre d’attentats-suicides meurtriers perpétrés ces dernières années à Sulu, une province à prédominance musulmane où l’armée traque les djihadistes depuis des années.

Les Sawadjaan appartenaient à une faction d’Abu Sayyaf qui a prêté allégeance à l’État islamique.

Cette année, au moins 18 djihadistes d’Abu Sayyaf ont été tués, 17 capturés et 86 autres se sont rendus à Sulu, selon l’armée.

Les États-Unis et les Philippines ont inscrit l’Abu Sayyaf sur une liste noire des organisations terroristes pour ses attentats à la bombe meurtriers, ses enlèvements avec demande de rançon et ses décapitations. Ce groupe, agissant avec une grande brutalité, a été considérablement affaibli par des revers dans les combats, des redditions et des scission, mais il reste une menace pour la sécurité nationale.

Source: AP

LAISSEZ UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici