Dealer et chauffard, Fatah Merdji tue un enfant et fait appel, alors qu’il s’est évadé du tribunal

Image d'illustration / Photo: Fotolia
Image d'illustration / Photo: Fotolia

Le 12 octobre 2019, Fatah Merdji, un petit caïd du quartier Croix-Rouge à Reims, sur lequel “il règne en maître”, percutait au volant d’un SUV, Valentin Albarez, un collégien de 12 ans alors qu’il traversait avec son père sur un passage piéton. Après s’être échappé du tribunal, le caïd a fait appel de sa condamnation.

“Dans le quartier […], tout le monde a eu vent de l’accident, beaucoup sont au courant de ce qui s’est passé, de qui est impliqué mais personne n’ose parler. C’est la loi du silence qui prédomine”, confiait la substitut du procureur. L’enfant projeté à 70 m du point d’impact est décédé 5 jours plus tard à l’hôpital.

Âgé de 18 ans au moment des faits, Fatah Merdji est bien connu de la justice, il a effectué son premier délit recensé à 13 ans, a été placé en foyer disciplinaire à 15 ans, et a déjà fait de la prison. Il conduisait sans permis le 4×4 de location à toute vitesse, accompagné dans sa virée mortelle de 3 autres personnes.

Pour cet homicide, il a d’ailleurs été interpellé à la prison de Châlons-en-Champagne en février 2020: il y purgeait une peine pour trafic de stupéfiants. Replacé en détention, il était finalement ressorti, car l’incarcération arrivait au bout du délai prévu par la loi. Il avait donc comparu libre au mois de mai pour son procès.

Le chauffard, qui a fini par avouer, avait été condamné à 7 ans de prison ferme. Ses complices ont aussi été condamnés à 2 ans de prison dont 6 mois ferme pour Fayed Jonny âgé de 20 ans, et 2 ans dont 1 an ferme pour Youness El Hadafef, âgé de 23 ans. Le quatrième passager, mineur, doit être jugé par un juge des enfants.

Pour Fatah Merdji, le tribunal avait assorti sa décision d’un mandat d’arrêt, car lors du délibéré, il s’était évadé menottes aux poignets, profitant d’une suspension de séance, le 1er juin dernier. Alors en cavale, Fatah Merdji a fait appel de cette condamnation par le biais de son avocat.

Sources: Le Figaro, l’Union, Valeurs Actuelles

LAISSEZ UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici