Le Premier ministre australien appelle l’Organisation mondiale du commerce à punir la Chine

Scott Morrison/Flickr
Scott Morrison/Flickr

L’Organisation mondiale du commerce devrait sanctionner “les mauvais comportements lorsqu’ils se produisent“, a déclaré mercredi le Premier ministre australien avant la réunion des dirigeants du G7 en Grande-Bretagne, où il espère obtenir un soutien dans le cadre d’un différend commercial avec la Chine.

Le Premier ministre Scott Morrison a déclaré que l’Australie allait “collaborer avec d’autres pays pour renforcer le rôle de l’Organisation mondiale du commerce et moderniser ses règles si nécessaire“.

Dans mes discussions avec de nombreux dirigeants, j’ai été très encouragé par le soutien manifesté à l’égard de la préparation de l’Australie à résister à la pression économique ces derniers temps“, a déclaré Scott Morrison dans un discours prononcé à Perth avant de partir pour la réunion du G7 en Cornouailles.

Le gouvernement australien a annoncé en décembre qu’il demanderait à l’OMC d’intervenir dans son différend avec la Chine au sujet de l’orge et s’attend à ce que d’autres pays s’impliquent dans cette affaire.

La Chine a effectivement mis fin aux importations d’orge australienne en mai 2020 en imposant des droits de douane de plus de 80% sur la récolte, accusant l’Australie de violer les règles de l’OMC en subventionnant la production d’orge et en vendant le grain en Chine à un prix inférieur au coût de production.

Le commerce des fruits de mer, du bois, du bœuf, du vin et du charbon australiens a également été perturbé depuis que l’Australie a provoqué la colère de la Chine en demandant une enquête indépendante sur les origines de la pandémie de coronavirus.

POUR EN SAVOIR PLUS: La Chine menace l’Australie de représailles économiques pour avoir demandé la vérité sur l’épidémie

L’OMC, dont le siège est à Genève et qui établit les règles régissant le commerce international, est confrontée à des appels à la restructuration et à la réforme.

Une OMC qui fonctionne bien, qui fixe des règles claires, arbitre les différends de manière objective et sanctionne efficacement les mauvais comportements. Cela peut être l’un des outils les plus puissants dont dispose la communauté internationale pour contrer la coercition économique“, a déclaré Scott Morrison.

Le secrétaire d’État américain Antony Blinken a déclaré le mois dernier que les États-Unis ne laisseraient pas l’Australie seule face à la pression de la Chine et qu’un tel comportement envers les alliés des États-Unis entraverait l’amélioration des relations entre Washington et Pékin.

Scott Morrison a déclaré dans son discours que le moyen le plus pratique de lutter contre la pression économique serait de rétablir le système contraignant de règlement des différends de l’OMC.

Lorsqu’il n’y a pas de conséquences à un comportement coercitif, il n’y a guère d’incitation à la retenue“, a-t-il déclaré. La réunion du G-7 “offre l’occasion de montrer la voie à suivre“, a-t-il ajouté.

Source: AP

La stratégie d’intimidation de la Chine envers le monde libre pour faire taire des détracteurs

Ça chauffe pour l’OMS! L’Australie demande une enquête indépendante sur le Covid-19

LAISSEZ UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici