Une triche comme Volkswagen? Renault mis en examen pour tromperie dans le Dieselgate

Usine Renault à Flins / Photo: Capture d'écran YouTube
Usine Renault à Flins / Photo: Capture d'écran YouTube

Ce mardi, le constructeur automobile français au losange a été inculpé pour tromperie dans l’affaire du Dieselgate, accusé d’avoir triché à des évaluations de pollutions, comme l’avait fait l’allemand Volkswagen, dont la supercherie avait été découverte en 2015. 

Après la découverte du scandale en Allemagne, Bercy avait demandé à la Direction générale de la concurrence, de la consommation et de la répression des fraudes (DGCCRF) d’enquêter sur les moteurs Diesel d’une douzaine de marques auto. En janvier 2016, le siège de Renault et d’autres constructeurs, étaient perquisitionnés.

Il est reproché à Renault d’avoir installé dans ses véhicules des dispositifs permettant de détecter les phases d’homologation, fixant les niveaux d’émissions polluantes, et de les fausser.

“ Il n’y a jamais eu de stratégie de tromperie et il n’y a jamais eu de logiciels truqueurs dans les moteurs de Renault”, a défendu Gilles Le Borgne, le directeur de l’ingénierie de Renault, qui souligne que deux cabinets d’experts indépendants, ont innocenté le constructeur.

Renault devra déposer une caution de 20 millions d’euros, dont 18 millions d’euros pour l’éventuel paiement des dommages et des amendes. Il doit aussi verser en cash une garantie bancaire de 60 millions d’euros pour indemniser les éventuels préjudices.

Source: Le Figaro

1 COMMENTAIRE

LAISSEZ UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici